Le quantitative easing ou assouplissement monétaire relève de la politique monétaire non conventionnelle. Elle désigne un mécanisme par laquelle la Banque Centrale effectue des achats massifs sur le marché interbancaire avec pour objectif d'assurer aux banques leur refinancement et de maintenir les intêret à court termes bas. 

Pour augmenter la masse monétaire, la banque centrale dispose comme outil conventionnel le taux directeur. En période de crise, la banque centrale baisse ce taux et permettant ainsi aux taux sur le marché interbancaire de baisser. Les entreprises emprunteront donc plus facilement et investiront. 

Avec la crise financière en 2008, les Banques Centrales ont commencé à utiliser cet outil non conventionnel qu'est le quantitative easing. En effet, lorsque le taux directeur est à 0%, il est logiquement impossible de le faire baisser plus. 

Donc pour relancer la croissance, le mécanisme du quantitative easing est le suivant: 

- La Banque Centrale (B.C) créé de la monnaie. Elle n'est pas physique mais c'est une ligne de crédit sur le compte de la Banque Centrale. 

- Pour injecter cette monnaie dans l'économie, la B.C rachète aux institutions financières des bon souverains et les actifs douteux (ou au moins les assurer). 

- Les banques liberées, elles se retrouvent avec d'avantage de cash et sont en mesure de prêter plus facilement. Ainsi les investissements et la consommation sont relancés.

- Une fois la croissance relancée, la Banque Centrale doit revendre les bons souverains qu'elle avait acheté et détruire la monnaie qui a été crée afin d'éviter les pressions inflationistes.