Kazeco News

Volkswagen loin d’être dans le vague

vw group logo1
 
Alors que la bataille fait rage pour savoir si Toyota gardera face à General Motors le titre de premier constructeur automobile de l’année 2014, c’est vers un autre constructeur que les regards se tournent pour l’année 2015. En effet Volkswagen fait beaucoup parler de lui avec l’annonce de son chiffre incroyable de 10,14 millions de voitures vendues dans le monde en 2014. Ce qu’il y a d’honorable c’est surtout la progression de ses ventes de 4,2% qui est qualifié d’historique pour le groupe. Bien plus impressionnant encore, c’est que le constructeur allemand a réussi à doubler ses ventes en dix ans tandis que ses homologues européens Citroën, PSA Peugeot ou Fiat quant à eux peinent à passer la seconde vitesse.
 
En définitive, même si Toyota devrait avoir vendu 10,22 millions de voitures en 2014 (les chiffres exacts seront annoncés le 22 janvier), Volkswagen détrônera le roi japonais pour la première place de constructeur automobile en 2015.
 
Si l’allemand impressionne, c’est qu’il a réussi à atteindre un de ses objectifs du plan « 2018 Strategy »… en 2014 ! L’objectif des 10 millions de ventes atteint, le second est de devenir numéro un mondial et ne tardera pas à être validé.
 
Ce qui fait la force du constructeur c’est sa très large gamme de produits répartie sur douze marques, une stratégie payante basée sur d’importants investissements en R&D et le développement du marché asiatique.
 
kazeco vwEn effet le groupe Volkswagen se démarque des autres grands européens par la très large gamme de véhicules que couvrent ses douze marques, allant de l’entrée de gamme au luxe. Tous ont participé à cette croissance incroyable et le groupe est désormais porté par trois marques dépassant le million de vente : Audi, Volkswagen et Skoda. Ainsi, pour illustrer sa force, avec 1,72 million de voitures écoulées en 2014, Audi, sa marque de berline de luxe, domine des constructeurs comme Peugeot qui lui, plafonne à 1,55 millions de véhicules (2013).
 
Malgré la crise mondiale, si le groupe a réussi à afficher une aussi belle progression, c’est en grande partie grâce à son expansion à l’international et plus particulièrement en Asie.
En effet, l’Europe, qui représentait 60% des ses ventes en 2005, est passée à 39% l’année dernière. Le marché asiatique, poussé par la Chine et qui a nécessité d’énormes investissements (17 usines en Chine) a fini par porter ses fruits : 3,67 millions de voitures en 2014 contre 571 000 seulement en 2005. Stratégie payante puisque les concurrents de Volkswagen sont contraints aujourd’hui d’investir énormément pour rattraper leur retard. Développer les réseaux de distributions et construire des usines représentent un coût financier important mais indispensables pour s’installer sur un marché en plein boom. En conséquence, la concurrence sacrifie ses budgets en R&D et les marques de Volkswagen peuvent profiter de meilleures avancées technologiques, se concentrer sur leur image et conserver leur avance confortable.
 
Bien que le bilan soit impressionnant, le groupe de la voiture du peuple n’a tout de même pas réalisé le sans faute. En effet, sa contre performance réside sur le continent américain qui, en 2014, a enregistré un recul des ventes de 9,4%. Mais pas de panique, le constructeur automobile a tout de même démontré son intention de rectifier le tir. Alors que le salon de Detroit a ouvert ses portes cette semaine, le constructeur prouvé sa volonté de développer une gamme SUV/Pick Up avec la présentation de son Cross Coupé GTE 100% US dont la production débutera fin 2016 dans sa recente usine de Chattanooga.
 
la fi hy autos detroit volkswagen crossblue co 003
Destiné au marché nord-américain, le concept Volkswagen Cross Coupé GTE préfigure un SUV hybride rechargeable qui entrera en production à la fin de l’année 2016.
 
En conclusion, c’est une croissance impressionnante pour le groupe aux douze marques. Avec quatre ans d’avance sur son objectif, le géant de Wolfsburg arrive à toute vitesse vers la tête de course pour rejoindre Toyota et General Motors qui étaient encore bien au dessus en 2005. L’objectif numéro deux du plan « strategy 2018 » risque bien d’être rempli en 2015. Reste désormais à voir si Volkswagen réussira à se relancer en 2015 aux USA qui représentent une belle opportunité entre baisse du pétrole et reprise du marché. Enfin le prochain challenge du constructeur sera de contrôler sa dépendance au marché chinois et de réussir à pénétrer des marchés de pays émergents comme l’Inde qui ont des habitudes plus spécifiques.
 
Florian Pavia