Nouvelles RH : Un métier d'avenir, le Forgeur Numérique

Présentation

intro forgeur

En février 2013, l’ex-ministre Fleur Pellerin avait annoncé la création de 6 nouveaux référentiels-métiers liés au numérique, dont celui de forgeur numérique.  

Anticipant notamment sur l’évolution technique des imprimantes 3 D, de nombreux rapports se sont succédés sur la nécessité de créer une formation à même d’encadrer l’utilisation de cette nouvelle technologie, que certains observateurs placent déjà au cœur d’une Troisième Révolution Industrielle.

L’imprimante 3 D suscite aujourd’hui beaucoup de questionnements sur ses applications, mais aussi et surtout sur son utilisation. Les FabLab, laboratoires de fabrications expérimentales, héritiers de la tradition anglo-saxonne du Do It Yourself, se sont organisés dans de nombreux pays et proposent des ateliers d’initiation et de formation aux imprimantes 3 D. C’est précisément dans ce cadre que le Forgeur Numérique intervient.

Les missions du Forgeur Numérique

Le forgeur numérique a pour principale mission d’assister le FabManager (dirigeant de l’activité du FabLab) dans les domaines suivants :

A la fois techniques et didactiques, les missions du Forgeur Numérique anticipent sur une demande d’information accrue d’un public non initié. L’objectif final de ces missions étant de pouvoir informer et former sur l’ensemble de la technologie 3D. Les FabLab les mieux équipés recensent en effet d’amont en aval, toutes les technologies permettant la production d’objets par des particuliers : imprimante 3D, mais aussi scanner 3D, logiciel de création et de gestion des fichiers d’impression, équipements pour la découpe laser…

Périmètre d’intervention

Le forgeur numérique intervient au sein de laboratoires de fabrication numérique publics ou privés :

-          les FabLabs,

-          les makerspaces (espace de fabrication),

-          les hackerspaces (espaces de transformation),

-          les techshops (boutiques d’offre de services technologiques), les laboratoires de fabrication numériques ouverts dans les espaces publics numériques,

-          les espaces publics comme les bibliothèques, les médiathèques, les centres socio-culturels, les lieux temporaires de formation, d’exposition, de rassemblement, de démonstration, les zones industrielles et les zones franches urbaines qui accueillent les réseaux nationaux des cyber-base et des Points CYB – espaces jeunes numériques…

forgeur2

Encadrement administratif

Le poste de forgeur numérique fait aujourd’hui parti des 2000 Emplois d’Avenir à créer au sein des Etablissements Publics Numériques (EPN) d’ici 2016.

A ce titre, sont principalement concernés les débutants diplômés résidant en Zones Urbaines Sensibles (ZUS), et les personnes sans qualification particulière prêtes à suivre une formation qualifiante dans le cadre du dispositif « Emplois d’Avenir numériques ».

Court essai de prospective

En procédant à la création des Etablissements Publiques Numériques et en aboutissant à l’introduction de nouveaux référentiels métiers, les services de l’Etat ont procédés à la normalisation d’une compétence en devenir, répondant à la fois aux exigences d’un marché en croissance et d’un changement de philosophie.

Un marché en croissance 

Selon le célèbre cabinet d’études américain Gartner plus de 56 000 imprimantes 3D se sont écoulées dans le monde en 2013, soit un volume des ventes en augmentation de près de 50 % par rapport à 2012. Le chiffre d’affaires du secteur a quant à lui procède d’un bond de 43% en l’espace d’une année. Toujours selon Gartner, ces tendances ne feront que s’accentuer entre 2014 et 2015. Autre donnée significative susceptible d’intéresser une politique de l’emploi qui se veut à la fois innovante et durable, environ 75% du chiffre d’affaires du secteur est créé par le marché de l'impression 3D en entreprise. Les besoins en termes de maintenance et de formation ne pourront que suivre ces tendances ascendantes.  

Une nouvelle philosophie au travail

L’intérêt tout spécifique de ce nouveau métier résulte aussi d’un changement de mentalité. L’influence des hackers, de la création privée déconnectée des outils de production de masse, la possibilité de fabriquer soi-même tout en partageant ses connaissances avec d’autres, la tendance au « détournement des technologies » (termes d’ailleurs utilisés dans la fiche technique officielle, voir la page : http://metiers.internet.gouv.fr/metier/forgeur-numerique) ne sont plus tabous. Les logiques de création participative inspirées de la culture du hacking font leur chemin et la reconnaissance du Forgeur Numérique annonce très sûrement plus que l’émergence d’un nouveau métier.

 forgeur 3

 

David Dayan

david@kazeco.com

L' Eco autrement - kazeco.com