Un Brésil sous haute surveillance

Le Brésil a mauvaise réputation. Souvent lié à une image de violence, le pays a voulu miser sur la sécurité lors de ce mondial. Près d'un milliard d'euros ont été débloqués pour renforcer la sécurité, afin d'éviter que des débordements ne viennent perturber la fête.

 

Dans la favela la plus peuplée de Rio (Rocinha – 150.000 habitants), le nombre de caméras par habitant est devenu supérieur à celui de Londres. Des policiers et agents de sécurité ont été massivement recrutés. Entre 3.000 et 5.000 soldats seront déployés aux abords des stades. Le métier d'agent de sécurité a, par ailleurs, connu une forte croissance dans le pays.

surveillance

Un centre antiterroriste a été créé à Brasilia ainsi qu'un centre de commandement et de contrôle à Rio. Outre des robots anti-explosifs ce sont 6 drones qui assureront la sécurité de l'espace aérien.

Comble de l'ironie, un drone inconnu équipé d'une caméra a réussi à survoler le stade d'entrainement de l'équipe de France, lors d'une session à huis clos, le 10 juin dernier. Rien à voir avec le modèle fourni par l'armée pour protéger l'espace aérien. Les joueurs s'étaient amusés de la situation mais le staff beaucoup moins. Soupçonnant tout d'abord l'équipe du Honduras d'espionner la tactique de Didier Deschamps, après une enquête de la police locale, l'individu a été arrêté et risque une amende. Il s'agissait d'un simple curieux souhaitant assister à l'entrainement des Bleus.

Comme quoi, malgré tous ces investissements et toutes les mesures de sécurité prises par le pays, de petits incidents peuvent survenir. Mais tant que les majeurs sont évités, tout va bien!

Manuel Orengo

manu@kazeco.com

Sport Eco - kazeco.com