UBER, taxi fais moi peur...

uber

Décrié par les taxis qui y voient une concurrence déloyale, UBER, société américaine de location de voitures de tourisme, a frappé fort en réussissant à trouver des financements pour 1,2 milliards de dollars vendredi dernier.

C’est un montant exceptionnel, pour une société jeune, UBER, a été créée en 2009, et cela valorise la société à plus de 17 milliards de dollars. Pourquoi un tel engouement ? Les fonds privés comme Fidelity ou les richissimes investisseurs comme Jeff Bezos (patron d’Amazon) qui croient en UBER se basent essentiellement sur les perspectives de croissance de la société.

Comment ça marche UBER ?

UBER est un service de géolocalisation qui utilise notre smartphone pour trouver en quelques minutes un véhicule de particulier, une limousine de luxe ou tout simplement un taxi (oui, oui dans certains pays ils jouent le jeu) afin de nous conduire à l’endroit désiré. Le prix de la course est déterminé à l’avance et UBER se rémunère via une commission sur le prix de cette course.

Pourquoi UBER fait peur aux taxis ?

En un peu plus de 4 ans d’existence, UBER s’est développé déjà dans 128 villes et dans 37 pays. Les taxis y voient une concurrence déloyale vu qu’un véhicule de tourisme fonctionne via le système de commission et sans redevance d’une licence comme c’est le cas pour les taxis en France par exemple.

De plus, la géolocalisation permet de satisfaire les attentes du client toujours plus pressé de se rendre à l’endroit désiré d’autant plus qu’UBER vient de signer un accord avec Google Maps pour parfaire ses données de localisation.

En outre, UBER décline ses offres suivant la typologie de clientèle, du covoiturage au véhicule de luxe en passant par le low cost (prix bas marché). UBER test même un service pour des véhicules avec des sièges bébé dans la ville de New York.

uber 2

Quelles perspectives ?

Seul le réseau Facebook avait fait mieux en termes de levée de fonds. Sans donner de chiffre précis, UBER annonce doubler son chiffre d’affaires tous les 6 mois et emploie déjà 900 personnes. Son ambition est de devenir un groupe mondiale de logistique de transport et pourquoi en démultipliant les services additionnels ; affaire à suivre et jackpot envisageable lors de l’entrée en bourse pour les investisseurs de la 1ère heure.