Tendance des marchés mondiaux de la cosmétique

Analyse de marché par L’Oréal.

Le marché nord-américain des cosmétiques grand public, atone au premier trimestre, ne s'est pas amélioré tandis que l'Europe du Sud confirme sa reprise.

Le numéro un mondial des cosmétiques a vu sa croissance organique fortement ralentir au premier trimestre, plombée par un recul des ventes de sa division grand public (L'Oréal Paris, Garnier, Maybelline) aux Etats-Unis, son premier marché. Le groupe s’est alors dit s'attendre à un retour à la croissance au deuxième trimestre.

"Le marché américain des produits grand public ne s'est pas vraiment amélioré ces derniers mois. La tendance était atone au premier trimestre et cela a l'air de se confirmer", a déclaré Jean-Paul Agon, patron du groupe,  lors d'une interview, en marge d'une conférence internationale sur les biens de consommation organisée à Paris.

Le PDG se dit étonné par ce manque de dynamisme, la reprise de la croissance économique ne se concrétisant pas dans les chiffres de la consommation de produits cosmétiques grand public, mais il a affiché sa confiance sur les perspectives à long terme de ce marché.

C’est pourquoi, si la croissance n’est pas organique, L’Oréal ira la chercher par les acquisitions.

L'Oréal vient d'annoncer l'acquisition de la marque californienne de maquillage NYX Cosmetics, au chiffre d'affaires de 72 millions de dollars et ayant signé une croissance de 46% en 2013.

nyx

Le marché se stabilise en Grèce et en Italie, tandis qu'il reste positif en France.

Très impactée par la crise, l'Europe du Sud a vu son poids global passer de 12% du chiffre d'affaires du groupe il y a six ans à 7%-8% aujourd'hui.

Cette reprise est de bon augure pour l'évolution des marges de L'Oréal, l'Europe de l'Ouest étant la zone géographique la plus rentable du groupe, avec des marges brutes plus élevées, la crise ukrainienne quant à elle ne semble pas avoir d’impact sur la consommation en Russie.

La croissance des produits de la division "cosmétique active" (La Roche Posay, Vichy), vendus dans les pharmacies et parapharmacies, va continuer de surperformer celle des autres divisions du groupe à moyen terme.

Cette division, qui a signé la plus forte croissance organique de L'Oréal en 2013 (+7,8%) comme au premier trimestre 2014 (+8,7%), a aussi dégagé la meilleure rentabilité opérationnelle (21,2%) l'an dernier.

L'Oréal nourrit de grandes ambitions pour la cosmétique active au Brésil, grâce à un circuit de pharmacies en plein développement - faute de parfumeries pour cause de droits de douanes prohibitifs - ainsi qu'en Chine, compte tenu des exigences d'une clientèle très soucieuse de la qualité de la peau et de se protéger contre les effets de la pollution.

Cependant, Le PDG de L'Oréal a confirmé à Reuters sa prévision d'une croissance du marché mondial des cosmétiques comprise entre 3,5% et 4,0% en 2014, ajoutant que le groupe entendait une nouvelle fois faire mieux que le marché.