Samsung Cities

18 samsung cities1Le groupe Samsung crée en 1938 s’est imposé comme un des grands groupes industriels mondiaux en ce début de XXIème siècle. Avec 173 milliards de $ de chiffre d’affaires et 277 000 employés, Samsung est un chaebol (pendant coréen des zaibatsu japonais) véritable conglomérat industriel, réunissant par le biais de participations croisées plusieurs dizaines de sociétés.

Samsung est même allée plus loin dans sa logique de concentration que ses concurrents, en faisant sortir de terre des « villes Samsung » où vivent des dizaines de milliers d’employés d’une branche d’activité particulière. L’une d’elle Suwong – aussi appelée Samsung Digital City - recense aujourd’hui plus de 30 000 âmes dédiées à l’empire Samsung. Tous les aspects d’une vie sociale sont chapotés par l’entreprise. Hôpitaux, écoles, stades, grands magasins et même service de pompes funèbres, tout appartient à la firme et est bien sûr réservé à l’intention des employés.

A Asan, autre Samsung city, 10 milliards d’investissement ont été engagés pour faire de la nouvelle ville le plus grand complexe de production d’écrans LCD au monde. La stratégie est toujours la même, concentrer les employés et les moyens de production pour être toujours plus efficace vis-à-vis de la concurrence internationale. La stratégie de concentration est également un bon moyen de contrôler une production d’amont en aval et d’être ainsi performant sur l’ensemble d’une chaîne de fabrication. Aujourd’hui, une telle situation permet d’ailleurs à Samsung d’être fournisseur de ses propres concurrents, dont le plus connu est bien évidemment Apple.

On dénombre aujourd’hui 8 Samsung Cities où se forment la culture d’entreprise et le génie créatif Samsung. Ces hauts lieux de l’économie coréenne sont étroitement surveillés, les caméras n’y sont invitées qu’à de rares occasions. Les employés et leurs véhicules peuvent également être contrôlés pour être sûr qu’ils n’exfiltrent aucune information stratégique du complexe.

Vu d’Europe, le modèle d’une société trop paternaliste peut avoir de quoi effrayer. Mais il faut aussi comprendre que Samsung représente aujourd’hui 10% du PIB sud-coréen et 30% des exportations de la péninsule, et que travailler pour Samsung revêt pour les Coréens un signe de réussite que les Japonais pouvaient autrefois ressentir à l’égard d’une société comme Sony ou Toyota. 

 

David Dayan

 
david@kazeco.com
 
Le Saviez-vous ? - kazeco.com