Ecolab

Salon Ever de Monaco

Retour sur le salon Ever de Monaco

Présent au salon Ever dédié aux énergies renouvelables et aux véhicules écologiques, qui s’est déroulé du 25 au 27 mars 2014, Kazeco vous dresse le bilan des grandes tendances de cette manifestation riche en informations et en initiatives. 

Un marché de la mobilité durable en augmentation constante 

Fin 2013, le marché français des véhicules hybrides et électriques représentait déjà plus de 3% du marché global des véhicules particuliers en France. La tendance est également à la hausse pour ce qui est des professionnels et des administrations avec une augmentation significative des ventes de véhicules utilitaires électriques légers.

salon ever 

 

Chiffres du CCFA - Comité des Constructeurs Français d'Automobiles

 

Synonyme de réduction des coûts et bénéficiant d’une bonne image auprès des consommateurs, le véhicule électrique ou hybride (en attendant les évolutions futures des véhicules à hydrogène fonctionnant avec pile à combustible) peut également s’appuyer aujourd’hui sur de bonnes performances et notamment une autonomie oscillant entre 300 et 400 km (suivant les normes de consommation moyenne validées au niveau international).

En février 2014, le Parlement européen a par ailleurs approuvé l’accord sur la limitation d’émission de CO2.  Les constructeurs automobiles devront assurer d’ici 2020 que leurs véhicules ne rejettent pas plus de 95 gr de CO2/km. Mais les équipementiers et les constructeurs voient encore plus loin et n’ignorent pas que ces restrictions seront toujours plus draconiennes. Ainsi, si le respect d’une émission inférieure à 95 gr de CO2/km peut-être obtenue avec un moteur fonctionnant uniquement à l’essence et au diesel. Des normes européennes plus exigeantes abaisseront ce seuil à 75 gr de CO2/km à l’horizon 2025 et impliqueront nécessairement une électrification des moteurs thermiques, avec un Stop/Start pour les petits véhicules et une hybridation pour les autres, selon M. Franck Cazenave, représentant l’équipementier BOSCH sur le salon.

Signe de maturité du marché, les batteries au lithium nécessaires aux véhicules électriques et hybrides verront selon certaines estimations leurs capacités multipliées par deux et leurs coûts divisés de moitié d’ici 2020.

Pour ce qui est des véhicules à hydrogène fonctionnant à l’aide de piles à combustible, les différents intervenants des tables rondes ont pu témoigner de performances accrues et d’une prise en considération de nouvelles normes en matière de sécurité. Si de nombreux constructeurs ont déjà annoncé la distribution prochaine de véhicules particuliers fonctionnant uniquement à l’hydrogène, les premières réalisations sont déjà là dans le monde de l’entreprise. Ainsi, le groupe Air Liquide, par le biais de sa joint venture Hypulsion (co-entreprise détenue à 80% par Axane, filiale d’Air Liquide, et à 20 % par Plug Power) a récemment fourni une vingtaine de chariots élévateurs fonctionnant à l’hydrogène, ainsi qu’une station de recharge en hydrogène à la plateforme logistique d’IKEA de Saint Quentin-Fallavier (région lyonnaise).  Les chariots sont rechargeables en seulement 3 minutes et disposent d’une autonomie de 8 heures. Dans un tel environnement,  la technologie de l’hydrogène semble en effet donner parfaite satisfaction.

L’utilisation de véhicule à hydrogène à plus grande échelle devra cependant s’appuyer sur un réseau resserré de stations. En France, aucune véritable stratégie de déploiement de stations à hydrogène n’a vu le jour. A l’inverse, l’Allemagne qui a ce jour compte près d’une vingtaine de stations prévoit un déploiement de 400 stations d’ici 2023. Air Liquide ne s’y est pas trompé en installant à Düsseldorf sa première station de distribution d’hydrogène accessible au grand public.

Sur ce point, une fois de plus, les politiques des pouvoirs publics doivent nécessairement jouer leur rôle et participer de concert avec les grands groupes industriels à l’installation de telles infrastructures.

La mobilité durable au-delà de l’automobile

Au-delà des problématiques touchant frontalement à la mobilité durable, la 9ème édition du salon Ever a eu le mérite de présenter une multitude de stands présentant la complexité des enjeux en présence. De nouvelles motorisations exigent de nouvelles technologies de recharges, des bornes de recharge, l’appui d’organismes de recherches et de formation, voire une refonte de l’urbanisme. Les différents acteurs participant à ces problématiques étaient présents sur les stands du salon.

On notera ainsi les initiatives de la société O’SITOIT SARL ou celle de la société Clean Energy Planet qui élaborent et mettent en place des abris solaires photovoltaïques pour véhicules électriques. L’énergie des véhicules électriques est alors elle-même issue de l’énergie solaire, énergie renouvelable par excellence. Belle exemple d’intégration d’une solution écologique à une autre !

En amont des réflexions sur la mobilité durable et les énergies renouvelables, la société LUCAS-NÜLLE basée à Kerpen en Allemagne a également su se démarquer par une approche innovante : la pédagogie. Pour Lionel Hemme, responsable des ventes de la société, avec les évolutions technologiques récentes, les notions électriques pratiques ont changées. Par exemple, les motorisations de demain nécessiteront de nouvelles compétences dont les mécaniciens et concessionnaires ne disposent pas encore.

Au travers de programmes de formation, utilisant le blended learning (mélange d’e-learning et de travaux pratiques), les participants apprennent par la pratique toutes  les notions liées à l’électrotechnique, notamment celles appliquées au domaine automobile. Des constructeurs comme BMW et Audi, ainsi que de nombreux centres de formation en Allemagne bénéficient déjà de ces programmes.

Le salon Ever a plus que jamais représenté la complexité des enjeux de la transition énergétique. Les solutions énergétiques présentées sur le salon sont des alternatives aux énergies fossiles, mais dans un esprit rationnel de transition, il convient pour l’instant de considérer toutes les ressources énergétiques comme complémentaires les unes des autres.

Tout comme les démarches à mener. Poursuites des avancées scientifiques,  incitations des pouvoirs publics, investissements publics et privés, mais également courage entrepreneurial et effort de pédagogie et de formation, tels sont les ingrédients d’une révolution de la mobilité durable.

Les portes d’entrées sur ce marché sont présentes à de nombreux échelons et elles ne font que s’entrouvrir… pour l’instant.   

 

David Dayan

david@kazeco.com

Eco Lab - kazeco.com