Sérendipité, toi-même ! 2/2

IV. Comme par hasard…

C’est bien notre attitude face au hasard qui provoque l’avènement de la sérendipité. Pas la peine d’être l’inventeur du Velcro pour s’en apercevoir. Dans notre entourage, nous voyons tous les jours, des gens user au mieux de circonstances inattendues en fonction de leurs propres préoccupations.

Pour illustrer le propos, prenons l’exemple de trois amies.

La première montre sa dernière petite robe noire d’une célèbre marque de prêt-à-porter française, à ses deux autres amies. Elle a trouvé ce qu’elle cherchait.

petite robe noireLa deuxième, fashionista absolue et blogueuse curieuse, touche la fibre synthétique de la robe et sait immédiatement que son amie aurait pu trouver la même à moindre prix.

La troisième, femme d’affaires émérite, est intriguée par l’étiquette Made in China et se pose la question de la marge unitaire réalisée sur chaque robe.

Laquelle est la plus susceptible de proposer, à force de travail et d’effort de documentation, une relocalisation sous deux ans des usines ayant fabriqué cette robe, vers la Tunisie, pays qui semblerait alors plus enclin à une production de meilleure qualité, et ce, pour un prix inférieur (ceci n’est qu’un exemple) ? En d'autres termes, qui a le plus de chance de devenir le prochain intermédiaire d’affaires de la société française de prêt-à-porter ?

La troisième semble bien partie, en effet.

La deuxième enfin a les matériaux nécessaires pour la rédaction d’un joli article pour son blog.

La première quant à elle sera sûrement la plus belle pour aller danser et trouver l’homme de sa vie (soyons optimistes, sérendipité oblige).

En conclusion, si certains peuvent éventuellement compter sur le hasard, l’orientation consciente que nous donnons à notre esprit est fondamentale. On n’arrive jamais nu face au hasard, mais avec son passé, ses expériences, sa considération de soi, ses bagages en somme.

yoshio bandoSelon Yoshio Bando, créateur du nanothermomètre, « seul un chercheur avec une expérience et une connaissance appropriées peut voir au travers d'un phénomène. La capacité du chercheur doit être jugée à sa capacité à voir au travers des choses. »

Vu comme cela, le hasard prend moins de place tout en gardant la sienne. Ce ne sont donc pas fondamentalement nos capacités intellectuelles qui conditionnent notre réussite ou l’avènement de la sérendipité, mais surtout l’orientation que nous donnons à notre esprit. Notre capacité d'éveil, en somme. 

V. Les bonnes dispositions

En fin de compte, les limites à l’exploitation d’un accident favorable ne sont pas dans la structure même du hasard. Le hasard reste contingent. Il est là, avec ou sans nous. Certains l’exploitent, d’autres le provoquent.

D’autres, pour les mêmes raisons que les premiers d’ailleurs, considèrent que cette contingence du hasard (réaction du type : « c’est arrivé, mais ça n’a rien avoir avec moi ») ne saurait les pousser à l’action. Après tout, les choses sont arrivées avec ou sans moi, pourquoi y prendre part.

D’autres enfin, voient ce qui est à faire, mais n’estiment pas en avoir les capacités et les moyens.

Vous l’aurez compris, seuls les premiers ont quelque chose à y gagner. Comme à la loterie nationale, c’est seulement l’achat d’un ticket qui peut faire le gagnant. Mais si certains se plaisent à dire que l’avenir sourit aux audacieux, ce qui est très sûrement vrai, l’avenir sourit aussi aux ouverts d’esprit, qui dans une attitude sceptique (au sens philosophique du terme) ne jettent rien, tant qu’une preuve ferme d’inutilité n’est pas apportée. Si l’audace pousse à la victoire, la sérendipité est l’usine de recyclage des causes apparemment perdues, des innovations inachevées, de la dispersion apparemment vaine, de l’inattendu retentissant…

La véritable valeur ajoutée de la sérendipité réside dans le fait qu’elle est inattendue, qu’elle n’est justement pas le fruit d’une recherche académique, que les concurrents ne s’y préparent pas, que le consommateur ignore tout du produit et que si cela marche, il y aura un avant et un après sur le marché, mais aussi des brevets, et donc, un avantage stratégique sur le long terme.

VI. Extension du domaine d’interprétation

Les technologies de l’information ont profondément modifiées nos modes de recherches et de documentation. Le principe de sérendipité s’applique bien sûr à la recherche sur internet. Mais la recherche en elle-même permet de former son esprit à de nouvelles disciplines, à de nouveaux intérêts, de se créer des contacts et donc d’améliorer l’état de notre sérendipité relationnel. Après tout, certaines rencontres inattendues permettent quelque fois d’achopper sur des opportunités que l’on ne suspectait pas jusqu’alors.

Dans le monde de l’entreprise, de nombreuses sociétés dépassent l’expérience du simple brainstorming et confrontent les individus à des jeux d’entreprises et à des situations de crise factices, où les tempéraments créatifs laissent entrevoir soudainement ce que certains open-space ont coutume d’étouffer.

Mais c’est l’évolution des rapports que notre société entretient avec la notion d’échec qui semble être la ligne de faille d’une pleine expression de la sérendipité. Hier, l’échec pouvait encore être considéré comme un signe de bêtise ou de faible intelligence. Aujourd’hui, sa perception évolue et l’échec est de plus souvent considéré comme un signe de volonté, de créativité et de sens entrepreneurial.

VII. Leçon et poids de la sérendipité

L’étude du phénomène de sérendipité nous rappelle à un point d’importance : l’Homme, dans sa quête d’innovation, n’use pas seulement de sa raison, mais aussi de son intuition, de ses ressorts affectifs, culturels et psychiques.

Les jolies anecdotes sur la sérendipité sont certes assez poétiques, mais elles n’enlèvent rien au fait que nos innovations en dépendent.

Aujourd’hui les principales études quantitatives sur la sérendipité tendent à considérer celle-ci comme un des principaux moteurs de l’innovation chez l’homme.

Et s’il vous arrivez d’en douter, repensez y la prochaine fois que vous buvez un Coca-Cola, où que vous laissez un post-it à votre conjoint(e) pour lui dire d’en racheter. Sans sérendipité, cela n’aurait sûrement pas été possible…

 

David Dayan

david@kazeco.com

Eco Lab - kazeco.com