Rouge ou Noir, qu'importe… c'est Blanc qui gagne !

Les amateurs de jeux d’argent vous le diront, il existe bien une roulette européenne (française ou anglaise) née au XVIIIème siècle et une roulette américaine qui verra le jour un demi-siècle plus tard.

Et ce sont bien deux frères, François et Louis Blanc qui sont à l’origine de la petite innovation qui changera la donne. Jusqu’en 1842, il existe bien une case « 0 » et une case « 00 » sur la roulette européenne. Lorsque la bille tombe sur l’une de ces deux cases, les mises des joueurs reviennent directement à la banque. Pour favoriser un peu plus les joueurs dans leurs probabilités de gains et surtout attirer du monde dans leur établissement allemand de Bad Hombourg, les deux frères suppriment la case « 00 ». Il ne reste alors donc plus qu’une case « 0 » et donc moins de probabilité de gains pour la banque.

 

rouge ou noir 2 

 Casino de Bad Hombourg dans les années 1860

 

Techniquement, la version européenne comportant un « 0 » et un « 00 » donne à la banque 2,7% de chance de plus à la banque, alors que la roulette comportant seulement la case « 0 » accroît la probabilité de gain en faveur de la banque de 5,26% par rapport au joueur.

 

rouge ou noir 1 En 1863, François Blanc signe le gros coup de sa carrière et obtient une concession exclusive de 50 ans sur les jeux d’argent au sein du Rocher de Monte-Carlo. Ce monopôle octroyé par le Prince Charles-Albert III, soucieux de renforcer les recettes de sa principauté, permet à François Blanc d’engranger d’énormes profits (800 000 francs de l’époque dès la première année) à tel point que l’entrepreneur décide dès le mois de mai 1864 de réitérer sa recette de Hombourg et de supprimer le « 00 ». Homme d’affaires et de communication, François Blanc le fait savoir et la clientèle continue de s’accumuler aux portes de ses établissements.

François Blanc

 

Au total, François Blanc, « le magicien de Monte-Carlo », laissera derrière lui, des établissements prestigieux, une fortune personnelle estimée à 72 millions de francs (soit près de 450 millions d’euros actuels) et des innovations dans le monde des jeux traditionnels comme la suppression du « 00 ».

 

rouge ou noir 3 

Casino de Monte-Carlo aujourd'hui

 

Mais quel que soit l’innovation de jeu ou la méthode en cause, l’adage populaire voulait déjà que du vivant de l’illustre casinotier l’on dise de lui :

Que ce soit rouge ou noir, à la fin c'est toujours Blanc qui gagne...

 
 
 

David Dayan

david@kazeco.com

Le Saviez-vous ? - kazeco.com