L'entreprise à la Une

Oracle : une page se tourne

oracle 537 ans après avoir fondé Oracle, un des leaders mondiaux dans les logiciels et bases de données, Larry Ellison a donc annoncé qu’il quittait le poste de pdg de son entreprise. Il désire en effet prendre un peu de recul sur l’aspect opérationnel et a confié les rênes de sa société à un management à deux têtes, Safra Catz et Mark Hurd. C’est un vrai changement à l’instar de ce qu’avait pu faire Bill Gates chez Microsoft. En effet en presque 4 décennies, Larry Ellison aura fondé une entreprise globale multipliant les acquisitions dont notamment People Soft en 2004 ou Sun Microsystems, créateur du langage Java en 2010 pour 7.4 milliards de $. Oracle pèse aujourd’hui  plus de 176 milliards de $ de capitalisation boursière et emploie plus de 100 000 personnes à travers le monde.

oracle 4Pourquoi ce changement aujourd’hui ? D’abord Larry Ellison vient d’avoir 70 ans, il doit donc penser à sa succession même s’il compte s’investir encore à plein temps dans son « bébé ».  Surtout il a voulu donner du sang neuf à sa compagnie qui a du mal à s’adapter au rouleau compresseur que provoque le Cloud aujourd’hui. Oracle a du retard sur ce terrain et fait face à de nouveaux concurrents comme Amazon par exemple, précurseur dans ce domaine.  Les résultats présentés en fin de semaine dernière ont en effet laissé un peu sur leur faim les investisseurs ,en particulier sur ce segment d’activité. D’autant plus qu’un  autre concurrent, l’allemand SAP, n’a pas hésité à dépenser 6.4 milliards d’euros pour acquérir l’américain Concur et dépasser la barre critique de 50 millions de clients dans le Cloud. Oracle se doit donc de réagir ; avoir un management à deux têtes est un pari certes risqué mais le groupe en a vu d’autres et pourrait être à l’affut de nouvelles acquisitions lui permettant d’accélérer de nouveau.

D’ailleurs, malgré ces résultats mitigés, les analystes gardent leur confiance en la valeur avec un objectif de cours de 43.7$ à 12 mois contre 39.58$ hier soir à la clôture. Pour notre part, nous attendons d’y voir plus clair avant de revenir éventuellement sur la valeur.

sg2014092326582