Economie et Sport

Nike, foot féminin et faux-pas

Du 6 juin au 5 juillet 2015 se tiendra la 7ème édition de la Coupe du Monde de Football Féminin au Canada ! Ce sera la troisième fois qu’une phase finale de cette compétition se déroule sur le continent nord-américain. Une compétition à laquelle la France  prendra part, dans le Groupe  F aux côtés du Mexique , de la Colombie  et de l’Angleterre . Un événement qui entraîne déjà beaucoup de commentaires et fait couler beaucoup d’encre. Vous me direz, pour un sport qui se veut montant en puissance, faire parler de lui n’est pas si mal.

Une histoire tout d’abord de synthétique…

L’origine du premier problème vient du fait que la majorité des rencontres se disputeront sur des terrains en synthétique ce qui n‘est pas du goût de tout le monde. La FIFA a demandé à ce qu’un sondage soit réalisé auprès des joueuses professionnelles afin d’obtenir leur ressenti. Le résultat est sans appel : 77% des 190 joueuses questionnées se disent mécontentes et souhaitent « que tous les matchs d'un tournoi majeur devraient être joués sur du gazon naturel », selon le quotidien The Guardian. Plus de 40 joueuses auraient menacé de poursuivre la FIFA en justice face à cette décision qu’elles jugent discriminatoire, puisque les matchs des hommes, pour une telle compétition, se déroulent sans exception sur de la pelouse naturelle. Toujours selon The Guardian, l’affaire aurait continué à prendre de l’ampleur puisque les athlètes auraient été intimidées par leurs Fédérations respectives afin d’être dissuadées de porter plainte. Mais si les Fédérations pensaient que les joueuses en resteraient là, c’est mal les connaître. Les avocats de ces dernières se sont saisis de l’affaire et entendent bien mener leur enquête. L’un des avocats, Me Dellinger, a adressé une lettre aux Fédérations, dont la FIFA en disant qu’ « une telle intimidation est en contradiction avec les lois anti-représailles qui stipulent que les victimes de discrimination de genre ont le droit d'entamer ou de participer à des procédures judiciaires sans avoir à subir de menace de représailles ». Il va falloir rapidement trouver un terrain d’entente avant que l’histoire ne commence à faire trop de bruit. La FIFA n’a, pour le moment, pas répondu à cette lettre.

… puis de couleurs!

woman wc1L’autre problème est intervenu après la divulgation de la tenue de l’équipe des Etats-Unis par Nike, et concerne exclusivement les américains. En effet, fin avril, l’équipementier américain Nike divulguait le nouveau maillot des USA pour la Coupe du Monde à venir. Les américaines, doubles championnes du monde (1991 et 1999) sont très suivies outre-Atlantique, ce qui présente une occasion rêvée pour l’équipementier de frapper fort, de par la visibilité dont il va bénéficier sur le continent. L’équipement sera d’ailleurs disponible en taille homme, femme et enfant, permettant au plus grand nombre de soutenir leur équipe. Pour bénéficier pleinement de cette visibilité, Nike n’a pas lésiné sur les moyens en misant sur l’écologie et l’innovation.

Niveau écologique, le nouveau kit (comprenez maillot, short et chaussettes) nécessite en moyenne 18 bouteilles recyclées pour sa confection. Depuis 2010, Nike utilise énormément de bouteilles recyclées dans son processus de fabrication (près de 2 milliards selon les estimations), qui lui permet de réduire de 30% la consommation d’énergie à la conception.

Niveau technologique, Nike a incorporé son système Dri-fit qui permet de bien évacuer la chaleur corporelle et ainsi réguler la température, une technologie déjà connue. Là où l’équipementier innove c’est qu’il a réussi à réduire le poids du maillot de 16% pour favoriser la vitesse et le confort.

woman wc2

Esthétiquement, le maillot est blanc avec l’écusson chapeauté de deux étoiles rappelant les deux titres des USA, le short est de la même couleur et les chaussettes présentent un dégradé de jaune fluo rappelant la gamme de chaussures sorties par Nike. Elles sont ornées d‘un bleu censé rappeler les lacs du pays hôte mais également du jaune fluo présent sur les chaussettes. Ce détail peut vous paraître anodin, mais c’est bien là, la base du problème.

Les américains sont patriotes, ce n’est pas nouveau, mais on ne savait pas qu’ils l’étaient à ce point là. Ils sont tellement fiers de leurs couleurs, qu’ils se sont indignés de ne pas voir suffisamment de bleu ou de rouge, propres à leur si cher drapeau, compléter cette tenue. Pire même, ils ne comprennent pas la présence de ce jaune sur leur équipement. Certains avaient même pensé qu’il s’agissait d’un poisson d’avril (en retard pour le coup) de la part de Nike. D’autres ont adoré l’équipement mais « pas pour les USA ». Un grondement dont se serait bien passé l’équipementier qui n’est pas à son premier « bad buzz » en ce qui concerne un maillot de football.

Déjà lors de la Coupe du Monde de Football des hommes au Brésil l’an dernier, les américains s’étaient indignés du kit divulgué pour leur équipe. Un kit qui convenait plus à la France ou aux Pays-Bas, à en juger par les couleurs. Il faudrait savoir ce qu’ils veulent alors!

woman wc3Mais il n’y a pas qu’aux Etats-Unis que Nike a fait couler de l’encre. Plus près de chez nous, du côté de la Catalogne, le nouveau maillot du FC Barcelone pour la saison 2015/2016 a fait bondir les supporters du clubs. En effet, pour la première fois en plus de 115 ans, les rayures, bien que toujours aux mêmes couleurs (bleu et grenat) ne seront plus verticales mais horizontales. Un choix difficile à avaler pour les aficionados mais pourtant validé par la direction du club. Il y a deux ans déjà l’équipementier avait supprimé les rayures en gardant les couleurs, pour créer un style différent et rendre le maillot plus attractif. En France, en 2009 Nike avait changé de style pour les maillots du PSG (photo ci-dessus). Les supporters étaient venus en masse devant la boutique des Champs Elysées pour se faire entendre, jugeant les maillots trop éloignés des couleurs traditionnelles du club.

Outre le changement de style ou de couleur, Nike s’était illustré en Angleterre. Remplaçant de l’ancien équipementier des Three Lions, Umbro, Nike avait fait bondir les tarifs à plus de 110 euros pour un maillot et avec lui les supporters. De nombreux anglais se sont offusqués de ces tarifs jugés exorbitants pour supporter leur équipe. Mais quand on voit que ce prix correspond totalement à la tranche de prix des maillots des clubs, il n’y a finalement pas de quoi en faire tout un plat. Un dernier exemple pour la route, retour en France pour la peine. Arnaud Montebourg prônant le Made In France s’indigne du fait que les nouveaux maillots pour l’équipe de France soient produits en Asie! Une réflexion qui n’a rien d’exceptionnel pour le coup, quand on sait que Nike fonctionne ainsi depuis des décennies.

woman wc4

Nike semble être le souffre douleur de supporters un brin tatillons, surtout quand on voit l’exemple des américains qui, une année, se plaignent de la ressemblance avec la France ou les Pays-Bas au niveau des couleurs et qui, l’année suivante, se plaignent du manque de bleu et rouge sur leurs tenues blanches. L’équipementier essuie des critiques par-ci par-là, mais au final, on ne fait que parler de lui, et dans son combat contre Adidas et consorts, bad buzz ou pas, l’avantage est à Nike.

Manuel Orengo

Economie et Sport – Kazeco.com

manu@kazeco.com