Economie et Sport

MMA: le sport tabou

kazeco mma1Le MMA ou Mixed Martial Arts, est un sport qui  fait fureur partout dans le monde. Il vient révolutionner les combats et détrône peu à peu ses confrères. Bien que des salles d’entraînement existent dans l’hexagone, la pratique de la compétition reste toujours interdite en France alors que tous nos voisins européens l'ont autorisée. Qu'est-ce donc que ce sport de combat que certains pourraient qualifier de sauvage? Et pourquoi est-il toujours interdit en France?

kazeco mma2Le MMA encaisse les clichés et les coups bas portés par certains qui, au final, n'y connaissent pas grand-chose. Le MMA, ou Mixed Martial Arts (comprenez vulgairement Arts Martiaux Mélangés) est un sport de combat où les pratiquants empruntent les techniques de combat pieds-poings des différentes boxes ainsi que les techniques de combat au sol du judo ou encore du jiu-jitsu brésilien. Un savant mélange de plusieurs disciplines debout comme au sol, permettant à l'athlète désigné champion, d'être considéré comme le meilleur combattant tous sports confondus. C’est le sport de combat qui se rapproche le plus d’un véritable combat de rue si l’on peut le juger ainsi, même s’il est régi par bon nombre de règles précises permettant de garantir l’intégrité physique des pratiquants (oui quand même!). Tant et si bien que des études ont démontré que les traumatismes sont beaucoup moins nombreux en MMA qu’en judo ou encore qu’en boxe anglaise. La pratique des entraînements de MMA n’est pas interdite, le ministère des Sports recense 700 associations sportives libellées « MMA » autorisées grâce à la loi 1901. Mais les études ne tombent pas d’accord sur le nombre de pratiquants, certaines estiment qu’ils sont 5’000, d’autres 15’000 ou encore 40’000. Rien n’est donc bien défini pour la simple et bonne raison que le MMA ne dispose pas de sa propre fédération, ce qui interdit de faire un recensement un tant soit peu précis.

kazeco mma3

Les combattants qui s’affrontent dans un ring grillagé (ressemblant à s’y méprendre à un vulgaire enclos de zoo), sont censés aller au bout du combat, autrement dit jusqu’au KO ou « Knock Out » d’un des deux, ou bien alors jusqu’à l’abandon. En effet, contrairement à la boxe anglaise où il est peu commun de voir un boxeur abandonner, ici, sur une des prises de soumission par exemple le combattant peut, en tapotant au sol ou sur le bras de son adversaire, signifier à l’arbitre qu’il souhaite abandonner. L’orgueil de certains peut donner lieu à des fractures et autres scènes violentes car le soumis refuse d’abandonner sur une clé de bras par exemple, pensant s‘en sortir. Grossière erreur. Ces histoires de blessures pouvant être maladroitement assimilées à de la barbarie, le tout mis en scène dans une cage, ont pour effet de refroidir les instances de la France, qui s’entêtent à interdire l’organisation de combats de MMA. L’autre élément qui ne joue pas en faveur du MMA est la possibilité de frapper son adversaire alors qu’il est au sol. Ce qui est une aberration pour la Commission Française de MMA pour qui les frappes au sol, vu leur faible amplitude, sont beaucoup moins violentes et « efficaces » que lorsqu’elles sont portées debout, mais surtout aucun texte dans le Code du Sport n’interdit de frapper un adversaire tombé au sol. Alors sur quoi se basent les instances françaises pour interdire la pratique du MMA en compétition?

kazeco mma6

Sur une simple recommandation du conseil Européen datant de 1999 qui n’a jamais été traduite dans le droit français et qui suggère « aux gouvernements des Etats membres d'entreprendre toutes les mesures nécessaires pour interdire et empêcher les combats libres tels que la lutte en cage ». Aucun texte officiel donc. Et c’est bien ce qui pourrait faire plier la France.

Du coup que font les pratiquants de MMA en France? Certains combattent mais dans une autre discipline: le Pancrace (sport de combat qui n’autorise pas les frappes au sol); et d‘autres participent à des combats de Kemp (sport de combat autorisant les frappes au sol au dessus du tronc uniquement). Un bon compromis pour les adeptes de la discipline et une belle manière de contourner les interdictions.

kazeco mma4L’engouement en France ne cesse de croître pour ce sport « interdit » qui fascine encore plus du coup, tel un enfant à qui on interdit de faire quelque chose et qui va tenter de le faire. Le nombre de fans est en constante progression et l’UFC ou Ultimate Fighting Championship, dont la diffusion a été interdite en France par le CSA en 2006, ne font qu’attiser la flamme. Des français de tous les âges et de toutes les catégories sociales sont adeptes de ces combats très regardés outre atlantique (4ème sport le plus regardé derrière le baseball, le football américain et le basket, c‘est dire la popularité). Nul doute que cette montée en puissance sera difficile à contenir pour les autorités, qui, pour l’instant, entendent durcir le ton. Autre point négatif soulevé par les pratiquants: le lobbying des autres fédérations qui voient d’un mauvais œil la montée en puissance du MMA. Même si rien n’est prouvé, il est vrai que certaines fédérations auraient fort à y perdre avec l’approbation des autorités pour ce sport.

kazeco mma5Le combat n’est donc pas encore gagné pour ce sport qui souffre de l’image qu’il renvoi. La cage peut laisser suggérer que les combats ressemblent à une véritable boucherie où tous les coups sont permis pour remporter la victoire. Il n’en est pourtant rien, les coups dangereux comme ceux derrière la nuque étant par exemple prohibés. Il serait judicieux que chacun se penche sur le sujet pour connaître réellement les tenants et les aboutissants du MMA afin de statuer sur son cas. En regardant chez nos voisins, on peut facilement penser que le palais Omnisports de Bercy serait rempli en moins d’une journée si une compétition internationale venait à y être organisée. Une niche donc, que les anglais ou les suédois (pour ne citer qu’eux) ont décidé d’exploiter du mieux qu’ils peuvent. A l’heure actuelle en Europe, seules la France et la Belgique résistent encore et toujours aux sirènes de « l‘envahisseur»… Mais jusqu’à quand?

Manuel Orengo

Economie et Sport – Kazeco.com

manu@kazeco.com