Economie et Sport

Les Femmes à l'honneur

Le 27 Octobre 1946, le préambule de la constitution proclamait: « la loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme » (article 3). Aujourd’hui, si dans beaucoup de domaines cette égalité est respectée, dans le football cela n’est pas le cas. Les femmes ne jouissent pas de la même diffusion médiatique que leurs homologues masculins, et pourtant, la qualité est au rendez-vous. Ce déséquilibre se ressent à tous les niveaux, mais peut-être que le temps est venu de combler ce retard.

kazeco les femmes 0Si les femmes devaient avoir leur Messi à elles, ce serait en la personne de Stéphanie Roche (photo ci-contre). Il y a quelques jours, cette attaquante irlandaise, était encore une illustre inconnue malgré ses 35 sélections en équipe nationale. Or depuis quelques jours, la vidéo du superbe but inscrit par la joueuse de 25 ans avec son équipe de Peamount United (banlieue de Dublin), fait le tour du monde. Pourquoi?

Chaque année aux alentours du mois de novembre, la FIFA (Fédération Internationale de Football Association) se réuni pour annoncer les finalistes du prix Puskas. Ce prix récompense le plus beau but inscrit entre début octobre 2013 et fin septembre 2014. Après moult vidéos visionnées le temps de la délibération était arrivé: Stéphanie Roche se retrouve nominée aux côtés du colombien James Rodriguez et du néerlandais Robin Van Persie (tous deux pour leurs buts inscrits lors de la Coupe du Monde au Brésil). Les votes sont ouverts au public sur le site de la FIFA pour désigner celui (ou celle, pour le coup) qui succédera à Zlatan Ibrahimovic - le lauréat de 2013. Le prix sera décerné le 12 janvier 2015 en marge du Ballon d’Or, l’occasion pour elle de rencontrer Cristiano Ronaldo, son idole. Le point négatif pour Stéphanie, est que son but n’a pas été filmé dans les mêmes conditions que ceux de ses concurrents. Normal, elle évolue en amateur. Oui mais ce point négatif peut également être un point positif, puisque les amateurs qui vont voter pourront se retrouver en elle. Puis, peut être que des hommes se diront que, si une femme a pu réaliser ce chef d’œuvre, alors le football féminin peut être intéressant à regarder. Un joli coup de pub!

kazeco les femmes2Au niveau international, le football féminin est dominé par les Etats-Unis (4 victoires aux Jeux Olympiques et 2 Coupes du Monde remportées) et l’Allemagne (2 Coupes du Monde et 5 Coupes d’Europe) depuis plusieurs années. La France pointe à la 5ème position du classement FIFA, sur les talons du Brésil. Les Etats-Unis ayant été le premier pays à créer un championnat de football (soccer) féminin en 2001: la Women’s United Soccer Association (WUSA). Ce championnat a subit un coup d’arrêt en 2003, suite à d’importants déficits, puis a repris en 2009 avec la Women’s Professional Soccer. En Europe, les joueuse anglaises, allemandes, suédoises et autres évoluent avec le statut de semi-professionnelles, alors qu’en France, elles disposent de ce même statut depuis 2009 seulement, un temps de retard que les françaises tentent de combler, et certaines équipes y parviennent mieux que d’autres, comme l’Olympique Lyonnais par exemple!

kazeco les femmes3

Lors de la demi-finale de Coupe d’Europe de football féminin, à laquelle avait pris part l’Olympique Lyonnais justement, le journal L’Equipe s’était fendu d’un article de 70 mots pour résumer l’événement. A titre de comparaison, le même cas de figure pour les hommes aurait bénéficié d’une Une ainsi que d’un ou plusieurs articles conséquents. Même dans les autres sports l’écart semble bien moindre. En football, ce sont pourtant des résultats que les clubs français pourraient fortement leur envier. Mais alors pourquoi si peu de crédit?

Il faut dire que de nos jours, le football souffre d’une image exclusivement masculine, voire macho ou misogyne. Le « meilleur » exemple reste Bernard Lacombe, conseiller du président de l’OL, qui avait refusé de répondre à une auditrice de RMC qui donnait son avis parce qu’il « ne discute pas avec les femmes de football » et qu’elles devraient « s’occuper de leurs casseroles ». Nous étions en 2012, et c’était déjà très fin comme sortie. Mais aujourd’hui, c’est ça le football.

kazeco les femmes4En terme de licenciées, la France fait office de mauvaise élève: 5% des licenciés sont des femmes, soit environs 100.000 joueuses. Si l’on compare avec d’autres sports, nous sommes plus proches de l’athlétisme (105.000 licenciées) que de l’équitation (580.000 licenciées). Nos voisins, quant à eux, prennent le large: en Allemagne, les licenciées ont dépassé la barre symbolique du million.

Le championnat de France est à la peine avec des audiences en chute par rapport à la saison précédente, et ce, malgré les résultats plus que brillants de l‘OL, qui est classé 1er club européen, bien loin devant les clubs comme le FC Barcelone (21ème), le Bayern de Munich (54ème) ou Chelsea (99ème) - eh oui!. Alors pourquoi ça coince ? La D1 française (l’équivalent de la L1 des hommes, je précise), n’est pas du tout homogène. Le haut du classement domine trop facilement, infligeant des défaites aux scores fleuves à toutes les autres équipes. Du coup, le championnat manque cruellement d’intérêt. La FFF (Fédération Française de Football) songe à instaurer des play-offs pour le rendre plus attrayant et éventuellement attirer de nouveaux annonceurs grâce à l’augmentation de la visibilité.

Les droits TV augmenteraient, et par conséquent les recettes. In fine, cela permettrait peut-être (sûrement même) de réduire l’écart de salaire que présentent hommes et femmes. Quand on sait que le salaire moyen des joueuses de l’OL est situé entre 3.000 et 5.000 euros bruts contre une moyenne de 45.000 euros pour les hommes, on se dit que le chemin est encore long.

kazeco les femmes 6Malgré tout, les diffuseurs tv continuent de s’intéresser au football féminin en France. Ainsi D8 et Eurosport en deviennent les principaux acteurs. Cette dernière et le groupe France Télévisions avaient versé 110.000 euros pour diffuser le championnat de France. Bien loin des 748.5 millions d’euros déboursés pour la Ligue 1 entre Canal+ et BeIn Sport. Les sponsors commencent à s’intéresser au football féminin car il véhicule une image de mixité et qu’il est moins « violent » que celui des hommes. Ainsi, sur le maillot des joueuses de l’Olympique Lyonnais figurent 8 partenaires dont GDF-Suez, pour une valeur globale de 2 millions d’euros par an, soit plus que certains clubs de L1. Le budget de l’OL féminin était de 3.5 millions en 2013 contre 131.9 millions pour les hommes. Il n’y a même pas match.

kazeco les femmes 5

L’égalité entre hommes et femmes n’existe même pas un peu dans le monde du football. Pourtant, il y a matière à en faire grimper la popularité, j’en veux pour preuve les succès aux Etats-Unis et en Allemagne. Il faut y croire et continuer de redorer le blason du football féminin, avec, pourquoi pas le sacre de Stéphanie Roche? Le plus drôle dans son histoire, c’est qu’après son but, ses coéquipières la chambraient pour qu’elle mette la vidéo en ligne et fasse le buzz. C’est à présent chose faite. Est-ce que cela sera suffisant pour faire d’elle la future lauréate du prix Puskas? Réponse le 12 janvier!

Manuel Orengo

manu@kazeco.com

Economie et Sport - kazeco.com