Les 10 chiffres immanquables du 3 juin 2014

ECONOMIE

 

1/ Air New Zealand fait une commande de 14 appareils à Airbus.
 

ci 3 juin

Décryptage : Le groupe Airbus qui fait déjà jeu égal avec son concurrent historique Boeing, continue sur sa lancée et confirme ses bonnes perspectives.

2/Légère hausse de l’indice PMI en Chine.

Décryptage : L'indice des directeurs d'achats (PMI) pour la Chine est ressorti à 50,8 en mai contre 50,4 en avril. Son plus haut niveau depuis 5 mois. La barre des 50 est un indicateur significatif, il sépare justement les perspectives de contraction et de croissance.

3/ Dans un contexte d’inflation mesurée (+0,7% en avril dans la zone euro) et d’euro fort, la prochaine intervention de la Banque Centrale Européenne est très attendue.

Décryptage : Ce jeudi, dans un contexte tendu après les élections européennes, Mario Draghi et la BCE pourraient bien annoncer des mesures déjà promises le mois dernier. Une baisse du taux de refinancement de la BCE (aujourd’hui à 0,25%) pour faciliter le crédit et relancer la consommation est envisageable. Plus encore, les gouverneurs de la BCE pourraient même passer le taux des dépôts des liquidités auprès de la BCE en territoire négatif afin de faciliter les conditions d’octroi de crédit des banques. Ces mesures viseraient à écarter le risque déflationniste et à relancer la croissance en Europe.

4/ La destruction d’emplois marchands se poursuit dans l’Hexagone.

Décryptage : Le solde des emplois crées/détruits en France est négatif au premier trimestre 2014 : 23.600 postes du secteur marchand ont disparu. Le secteur du travail temporaire est le plus touché. Il a fortement diminué au premier trimestre 2014 (-24 900 postes, -4,6 %) et revient à son niveau de 2013.

5/ Les services à la personne eux aussi en net recul : - 16.500 emplois sur 2013.

Décryptage : Secteur prometteur, notamment en raison d’une population vieillissante, favorisé par le dispositif des chèques-emplois services, le secteur des services à la personne fait cependant une chute vertigineuse de 7,8 % en 2013. Plus précisément, ce chiffre traduit en fait le recul des heures déclarées et donc fatalement une diminution des recettes fiscales attendues de ce secteur. Les experts affirment que ces chiffres traduisent un moindre recours aux services à la personne, mais aussi une hausse du travail au noir.

POLITIQUE

6/ Divergence d’interprétation au sujet de la nomination du nouveau président de la Commission Européenne.

Décryptage : Les dernières élections européennes semblaientinsister sur ce point : pour regagner en légitimité, le nouveau président devait être le représentant de l’union politique arrivée en tête lors du scrutin. Jean-Claude Juncker, à la tête du Parti Populaire Européen (PPE), parti vainqueur des élections, s’attendait ainsi à être le successeur logique de Jose Manuel Barroso. Cependant, cette automaticité semble remise en question. Les textes stipulent que même si le président de la Commission est élu par le Parlement Européen, ce sont bien les 28 chefs d’Etats qui doivent se mettre d’accord au préalable sur le nom du candidat. Et dans une telle perspective, la candidature de Jean-Claude Juncker risquerait bien de faire débat. Les eurosceptiques, mais aussi bon nombre de chefs d’états européens, pourraient bien en effet voir d’un mauvais œil l’arrivée de ce candidat pour qui le fédéralisme est la seule solution politique d’une Europe politique viable.

Le manque de lisibilité quant au mode de nomination du Président de la Commission n’arrange bien sûr en rien la situation politique de l’Union.

7/Le roi d’Espagne, Juan Carlos abdique après 33 années de règne.

Décryptage : Son fils Felipe, Prince des Asturies, 46 ans, est attendu pour lui succéder. Les derniers mois de règne avaient été marqués par une succession d’affaires parmi lesquelles figure notamment le détournement présumé de fonds publics par le gendre du roi, ou encore l’organisation de chasses aux éléphants en Afrique auxquelles le roi en personne avait pris part… L’abdication de Juan Carlos intervient dans un contexte de défiance particulièrement aigu à l’égard de la classe politique traditionnelle.

HIGH TECH

8/ Le cofondateur de Pirate Bay, site de partage de fichiers en ligne, est arrêté par les autorités suédoises.

Décryptage : Peter Sunde a été arrêté après deux ans de cavale et une condamnation de la justice pour avoir enfreint les règles sur le copyright.

La problématique du partage de fichiers s’invite régulièrement dans le débat politique suédois. Le Parti Pirate (PP) avait créé la surprise lors des européennes de 2009 en plaçant un de ses membres au Parlement européen. L’intérêt pour cette formation politique semble pourtant stagner. Lors des dernières élections européennes, le parti n’a en effet récolté que 2,2 % des suffrages, score trop faible pour une quelconque représentation à Bruxelles.

9/ Space X, la société dirigée par l’entrepreneur visionnaire Elon Musk qui a déjà promis les débuts de la colonisation de Mars pour la décennie à venir, a présenté jeudi dernier son nouveau vaisseau spatial : le Dragon V2.

ci 3 juin dragon v2ci 3 juin dragon v2int

Décryptage : D’ici 3 ans, Dragon V2 devrait être en mesure de transporter les astronautes américains vers la Station spatiale Internationale (ISS). L’information est d’importance stratégique, géopolitique, voire « spatiostratégique ». En utilisant Dragon V2, les Etats-Unis ne seraient plus dépendants des fusées russes Soyouz jusqu’alors indispensables pour les vols vers la station ISS. Un fait qui aura sûrement son importance après que la crise ukrainienne est réveillée une fois de plus les divergences latentes entre Etats-Unis et Russie.

10/ Samsung annonce la mise sur le marché de son système d’exploitation pour smartphone : Tizen. Le nouveau système d’exploitation fonctionnera sur le Samsung Z, le dernier appareil du fabricant sud-coréen doté d’un processeur quad-core à 2,3 Ghz, d’un écran 4,8 pouces (équivalent à celui du Galaxy S3), d’un appareil photo de 8 millions de pixels ou encore d’un capteur d’empreintes digitales.

ci 3 juin samsungz

Décryptage : Si Samsung s’est fait connaître par la qualité de ses smartphones fonctionnant sur Androïd, système d’exploitation de Google, la firme sud-coréenne compte bien aujourd’hui s’affirmer encore plus sur le marché. Une des questions principales reste bien sûr celle du développement et de la mise en ligne d’applications suffisamment innovantes, aptes à présenter un contrepoids à l’IOS et à l’App store d’Apple.

Stratégiquement, Samsung désire commercialiser la combinaison SamsungZ/Tizen en priorité en direction de l’Inde et de la Russie, pays où le marché du smartphone connaît un fort potentiel, sans non plus être saturés par des produits Apple, de qualité certes, mais somme toute très chers. En créant son propre système d’exploitation et en pariant sur les pays émergents, Samsung continue sa politique de conquête et ne s’empêtre pas dans l’affrontement frontal avec ses concurrents.