Les 10 chiffres immanquables du 29 août 2014

Les 10 chiffres immanquables du 29 août 2014

ECONOMIE 

1/ 3,424 millions de chômeurs en France métropolitaine. 26 100 de plus au mois de juillet (+0,8%).
Décryptage : Ce dernier record du chômage est historique et est l'aboutissement d'une période de 9 mois consécutifs de hausse. Depuis le début du quinquennat de François Hollande (mai 2012), le nombre de chômeurs de catégorie A (sans aucune activité) s’est accru de 500.000 personnes. Le communiqué du ministère du Travail invoque la « croissance nulle en zone euro, comme en France » au cours du second trimestre 2014.
2/ Nommé à Bercy, en lieu et place d’Arnaud Montebourg, Emmanuel Macron souhaiterait s’en prendre aux 35 heures
 
29 août 2014Décryptage : L’annonce paraît crédible avec le portrait et les idées du jeune social-libéral de 36 ans, ancien employé de la banque Rothschild et fin connaisseur du monde des affaires et de la finance, mais le cabinet du Premier Ministre a d’ores-et-déjà voulu couper court à la rumeur en rappelant que le gouvernement n’avait« pas l’intention de revenir sur la durée légale du travail à 35 heures ».
 

 

3/ Le produit net bancaire (PNB) des dix premières banques d’investissement mondiales a chuté de 5% au premier semestre 2014.

 

vix
Variation de l'indice de volatilité (VIX) entre 2004 et 2014 (source Bloomberg)
 
Décryptage : C’est le bilan d’un rapport dressé par le cabinet d’études Coalition. Le marché obligataire, le change, celui des matières premières connaissent un recul significatif (-13% pour le cumul des trois activités depuis le début de l’année) dû en grande partie à une faible volatilité (faibles variations).
 
4/ L’opérateur telecom espagnol Telefonica relève son offre de rachat de GVT, filiale brésilienne de Vivendi de 6,7 à 7,45 milliards d’euros.
 
Décryptage : Jusqu’alors en négociation avec Telecom Italia – qui avait proposé une offre de rachat de 7 milliards d’euros-, c’est maintenant avec Telefonica que Vivendi entre désormais en négociation exclusive.
Dans son communiqué de presse, Vivendi semble donner l’avantage à Telefonica. Le groupe français se dit satisfait de l’offre et de sa part en numéraire, soit 4,663 milliards d’euros, considérablement plus importante que les 1,7 milliard d’euros contenus dans l’offre italienne.
 
Vivendi évalue également à 3 milliards d’euros la plus-value qui serait alors réalisée suite à la vente de GVT. Le groupe français a en effet su avec brio exploiter et valoriser les ressources de sa filiale brésilienne.
 
5/ Le n°2 mondial des spiritueux Pernod-Ricard supprime 900 postes dans le monde, dont au moins 150 en France.
 
Décryptage : La mesure s’inscrit dans le cadre d’un plan d’économies de 150 millions d’euros dévoilé en février dernier. Le groupe invoque la morosité du marché et des difficultés sur le marché chinois où Pernod-Ricard a connu une chute 23% de son chiffre d’affaires à devises constantes sur son dernier exercice clos au 30 juin.
 
POLITIQUE INTERIEURE
 

6/ Gouvernement Valls 2 : 12 des 16 ministres restent en place.

Décryptage : Le remaniement ministériel s’inscrit dans la stabilité. Il salue les fidèles comme Najat Vallaud-Belkacem qui passe du ministère de la Ville, de la jeunesse et des Sports (Partick Kanner, nouvel entrant lui succède au poste) à celui de l’Education Nationale ou encore Fleur Pellerin dont la nomination au ministère de la Culture a également été annoncée. Mais c’est surtout l’entrée d’Emmanuel Macron qui est remarquée. La personnalité sobre et le profil du futur jeune ministre de l’Economie dénotent avec le panache d’un Arnaud Montebourg, mais aussi avec la base du parti socialiste peu enclin à une quelconque inflexion libérale. François Hollande sait que son bilan économique sera celui de son quinquennat, cette dernière nomination est peut-être son dernier va-tout…

7/ Consécutivement à la constitution du nouveau gouvernement, 200 députés socialistes sur les 290 que comptent l’Assemblée Nationale appellent à soutenir François Hollande dans une tribune publiée dans l’édition du Monde du 28 août 2014.

Décryptage : Tout compte fait, les députés socialistes jouent peut-être eux aussi leur va-tout. Si les frondeurs s’appuieront sûrement sur les défaillances du quinquennat pour appuyer leurs propres mouvances au sein du PS, les députés qui soutiennent l’action du gouvernement espèrent en un retournement favorable de la situation d’ici 2017. Les futures courants du PS se dessinent maintenant. L’université d’été du PS, qui a débuté hier à la Rochelle, pourrait bien apporter les premiers éléments de réponse.

POLITIQUE INTERNATIONALE
8/ L’OTAN et Washington accordent leurs estimations. 1000 soldats russes seraient aujourd’hui présents dans l’Est de l’Ukraine.

 

29 août 20141
Jeudi 28 août, le brigadier-général Nico Tak de l'OTAN annonce la présence de 1000 soldats russes sur le territoire ukrainien. 
 
Décryptage : Depuis que dix parachutistes de l’armée régulière russe ont été capturés par les forces ukrainiennes mardi dernier et que Moscou affirme que certains de ses soldats ont pu entrer sur le territoire ukrainien par « erreur », les tensions continuent de s’accumuler entre la Russie et l’Ukraine. Le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk en appelle désormais à l’aide de l’OTAN. Le prochain sommet de l’organisation qui se tiendra du 4 au 5 septembre à Newport (Pays de Galles) risquerait d’avoir une importance décisive au regard de la question ukrainienne.
 

Le Conseil de Sécurité de l’Union Européenne s’est réuni quant-à-lui afin de déterminer sa position sur la question.

HIGH TECH
9/ Les médias américains affirment que cinq banques auraient été les cibles d’attaques informatiques. Les suspicions se tournent vers des pirates russes. En cause, encore et toujours, les divergences de vues entre Washington et Moscou au sujet du le dossier ukrainien.
 
Décryptage : JP Morgan a confirmé l’information hier, mais l’opération de piratage aurait duré plusieurs semaines. Le New York Times annonce même que « des informations sur des comptes clients » auraient également été récupérées. La faille de sécurité exploitée par les pirates serait de type « zero day », un terme qualifiant un cas d’attaque unique et sans précédent.

FOOT

10/ Cinquième mandat en vue pour Joseph Blatter à la tête de la FIFA.
Décryptage : A neuf mois des élections pour la présidence de la FIFA, Michel Platini a annoncé hier au cours d’une conférence de presse à Monaco, ne pas vouloir présenter sa candidature à la tête de l’organisation. L’ex-meneur des Bleus a également rappelé qu’il ne souhaitait pas voir Joseph Blatter, indéboulonnable patron de la FIFA, briguer un nouveau mandat à la tête de l’organisation.
 

29 août 20142

La décision de Michel Platini paraît cependant stratégique. Président de la FIFA depuis 1998, Joseph Blatter contrôle depuis 16 ans déjà un réseau de 209 fédérations nationales au travers desquelles son influence se fait partout sentir. Politiquement, le vote aurait sûrement tourné en faveur de Joseph Blatter. En refusant de se présenter à la présidence de la FIFA, Michel Platini attend son heure, mais dénonce peut-être aussi un système électoral où tout contre-pouvoir est peut-être officieusement proscrit.