Les 10 immanquables

Les 10 chiffres immanquables du 14 novembre 2014

ECONOMIE 

1/ Croissance de 0,3% en France au 3ème trimestre.

14 novembre 1Décryptage : Les derniers chiffres de l’INSEE confortent la perspective de croissance annuelle de 0,4% prévue par Bercy. Michel Sapin confirme cependant que cette bonne surprise ne suffira pas à relancer l’emploi.

Le léger rebond de l’économie française sur le trimestre est principalement du à la consommation des ménages (+0,2%) et des administrations publiques (0,8%), alors que l’investissement public comme privé continue de reculer (-0,6%).

2/ Les chiffres de la croissance du 3ème trimestre sont aussi tombés en Allemagne. Avec une croissance de +0,1% au 3ème trimestre, Berlin évite de justesse la récession.

14 novembre 2

Décryptage : La croissance allemande stagne depuis deux semestres, mais n’affichent pas pour autant les deux reculs consécutifs qui l’auraient techniquement fait basculer en récession. Si le pays affiche à la fin du mois de septembre une croissance de 1,2% sur l’année, bon nombre d’économistes allemands n’envisagent plus d’amélioration de ce chiffre.

3/ Allemagne toujours… cinq économistes indépendants rendent leur rapport sur l’état de l’économie allemande à Angela Merkel.

Décryptage : La rallonge de 10 milliards d’euros voulue par le ministre des Finances Wolfgang Schaüble et portant sur la hausse des investissements publics allemands sur les trois prochaines années ne suffira apparemment pas.

Remis mercredi dernier, le rapport des cinq économistes donne une importance relative à la détérioration des relations diplomatiques et économiques avec la Russie, pour insister plus amplement sur les choix économiques de fonds de la chancelière. L’introduction d’un salaire minimum à 8,50 euros de l’heure à partir du 1er janvier 2015 ou la revalorisation de certaines pensions de retraites sont notamment montrées du doigt.

4/ Moscou dit attendre la livraison du premier porte-hélicoptère Mistral d’ici la fin du mois de novembre sous peine de « sérieuses » compensations financières.

14 novembre 4

Décryptage : Conclu en 2011 entre Paris et Moscou, le contrat de livraison des bâtiments Mistral à la Russie est aujourd’hui remis en question par l’évolution de la crise ukrainienne. L’Agence presse Ria-Novosti s’est fait hier l’écho de demandes d’indemnisations particulièrement lourdes en cas d’inexécution du contrat par la France d’ici la fin du mois. Dans le même temps, la situation ne semble pas s’améliorer en Ukraine. Kiev a encore continué cette semaine de dénoncer l’appui de Moscou aux séparatistes.

RELATIONS INTERNATIONALES

5/ Les deux plus gros pollueurs de la planète convergent sur la limitation des émissions de gaz à effet de serre.

14 novembre 5

Décryptage : En marge de la rencontre entre le Président Obama et le dirigeant chinois Xi Jinping, Etats-Unis et Chine ont parlé environnement et ont évoqué des seuils chiffrés. Une première certes, mais l’accord des deux grandes puissances n’est pas pour autant contraignant…

A lire aussi : Accord sur le climat Chine/USA

 

HIGH TECH

6/ Les ventes de drones « grand public » explosent de 130% sur un an.

14 novembre 6

Décryptage : Le survol de nos centrales nucléaires par des drones « grand public » a contribué à la publicité de ses drôles d’engins, qui font aujourd’hui partie de notre quotidien. La société française Parrot dirigée par Henri Seydoux (Dix Français qui innovent) ne s’en porte d’ailleurs que mieux. Les ventes de drones représentent d’ailleurs 44% des ventes du groupe contre 22% en septembre 2013.

7/ Google annonce la fin de son service de paiement en ligne Google Wallet pour le 2 mars 2015.

Décryptage : Lancé en 2012, le service de paiement du géant américain n’a semble-t-il pas rencontré le succès escompté. Google a en effet annoncé qu’elle cessera de proposer l’API utilisée pour intégrer son service de paiement aux sites ou applications. La fonctionnalité de paiement restera toutefois active sur les services qui l’auront adoptée avant le 2 mars 2015.

 

FOOT

8/ La Guinée équatoriale organisera la CAN 2015.

Décryptage : C’est finalement la Guinée Equatoriale qui remplacera le Maroc pour l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Refusant d’organiser la compétition aux dates initialement prévues (17 janvier – 18 février), en raison de risques potentiels dus à l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’ouest, Rabat avait en effet été sanctionnée par la Confédération Africaine de Football (CAF).

En organisant l’évènement, la Guinée équatoriale fait également « coup double ». Non qualifiée pour la compétition, la sélection nationale y prendra finalement part, puisqu’elle est devenue, du fait de la décision de la CAF, organisateur de l’évènement, et donc, qualifiée d’office pour y participer.

9/ La FIFA ne reconnaît pas d’irrégularités dans ses procédures d’attribution des prochaines Coupes du Monde de Football en Russie (2018) et au Qatar (2022), mais n’apaise pas pour autant les esprits

14 novembre 9

 

Décryptage : Dans un rapport de synthèse dévoilé jeudi, Hans-Joachim Eckert, président de la chambre de jugement de la commission d’éthique de la FIFA, a officiellement dédouané les comités d’organisation russe et qatari, visés jusqu’alors par des suspicions de corruption. Une annonce qui aurait du calmer les inquiétudes de ceux qui se préoccupent de probité au sein de l’organisation. Seul « couac », le rapport du juge allemand a été fait sur la base d’un document complet de 350 pages établi par Michael J. Garcia, ancien procureur de New-York, mandaté par la FIFA depuis 2012 pour mener une enquête approfondie, et aujourd’hui en total désaccord avec les conclusions rendues par M. Eckert ! Michael J. Garcia dénonce la lecture biaisée de son rapport et les « conclusions erronées » qui en ont été tirées. A croire, que le chien a finalement fini par se mordre la queue…

 

REGION

10/ 9 métropoles françaises décrochent le label French Tech. Sophia Antipolis est toujours dans l’attente…

Décryptage : Délivré par Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargée de l’Economie numérique, le label French Tech est accordé aux pôles de compétences spécialisés dans les nouvelles technologies et participe de la promotion économique de nos territoires. Technopole née à la fin des années 1970 accueillant centres de recherches publics, grandes entreprises internationales et PME innovantes, Sophia Antipolis devra cependant attendre une nouvelle vague de labellisation qui pourrait avoir lieu en fin d’année. La technopole pourrait alors rejoindre les autres métropoles françaises titulaires de la labellisation : Aix-Marseille, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nantes, Rennes et Toulouse.