Les élections européennes intéressent peu la presse

Le déclin de l’Europe ? Les journaux européens sont peu intéressés par l’enjeu de ce scrutin

Les élections européennes qui auront lieu entre le 22 et le 25 mai prochain suivant les pays suscitent scepticisme et résignation dans la presse européenne comme si que les jeux étaient déjà faits.

Surtout ce qui est marquant c’est le manque de prises de positions fortes par les journaux alors que les sondages, comme en France, donnent le FN, opposé à l’Europe et à l’Euro en tête des pronostics.

El Pais, en Espagne,  souligne le déclin de l’Europe par la voix notamment d’Antonio Elorza, professeur de sciences politiques à l’Université de Madrid.

En particulier, il met en avant le fait que « cette euroscepticisme transparait dans les couches populaires soit sous la forme d’un anticapitalisme radical soit sous la forme d’une xénophobie qui incite à un retour del’Etat National, à la fin de l’Euro et à une fermeture assez radicale des frontières. Et Antonio Elorza de poursuivre «les élections du 25 mai prochain affectent non seulement l’idée même de l’Europe mais aussi la conscience démocratique des peuples »

Et après 5 ans de crise éprouvante pour la zone, les leaders politiques européens pourraient être tentés de n’accorder que peu d’importance à ce scrutin

elections européennes

Et pourtant comme le décrit le magazine anglais the Economist,  «si le populisme continue son ascension au sein de l’Europe, une majorité hostile à l’Euro pourrait être élue dans un des pays de la zone et pourrait déboucher sur une sortie de l’Euro de ce pays». Dans cette hypothèse, poursuit the Economist, « la crise de l’euro resurgirait et les conséquences politiques peuvent être encore plus dramatiques encore que les conséquences économiques »

Ces élections, qui vont donner pour la 1ère fois la possibilité aux 390 millions d’Européens votants d’élire le président de la Commission Européenne, représentent donc un enjeu considérable.

Enfin, comme le résume si bien Céline Cornudet dans les Echos, « une colère inassouvie, une Europe bouc émissaire, une classe politique rejetée, une campagne très courte : que donne un tel cocktail dans les urnes ? Réponse dimanche »

A suivre de près donc et Kazeco vous donnera sur les réseaux sociaux les infos des urnes dès dimanche soir