Le porno, ça peut rapporter gros !

Le marché de la pornographie est immense. Le constat est facile à faire. Avec un chiffre d’affaires mondial annuel de 57 Mds de dollars en 2013[i], la pornographie est une industrie « poids lourd ». Elle représente par exemple, un marché plus important que celui de toutes les franchises sportives américaines réunies.  

Sur Internet, son chiffre d’affaires est d’environ 6 Mds de dollars, dont près de la moitié émane du territoire américain.

Bien sûr, ces chiffres ne prennent pas véritablement en compte l’importance de l’économie souterraine qui dans ce secteur est particulièrement florissante.

Quelques raisons pour lesquelles le porno ne devrait pas être pris de haut :

1 - L’industrie pornographique a été un tremplin pour de nombreuses personnes. Le surnom même de Sylvester Stallone dans la série des Rocky – l’étalon Italien - vient du titre d'un film X dans lequel il avait joué quelques années auparavant. Hugh Jackman qui a également démarré sa carrière dans cette industrie ne rougit d’ailleurs pas non plus de son passé et rappelle qu’il « faut bien commencer quelque part ».

Au-delà du cinéma, des entrepreneurs de talent ont également connu leurs débuts dans l’industrie de la pornographie. Au milieu des années 1980, Xavier Niel, fondateur et PDG de Free, développe des services de minitel rose, mais investit également dans des peep-shows et sex-shops à Paris. Et que dire de Jimmy Wales, autre personnage charismatique de l’ère du numérique qui avant de crée Wikipedia, avait lancé en 1996 Bomis.com. A l’époque, le streaming n’a pas encore connu sa grande évolution et le site est alors un outil de recherche spécialisé dans les photos coquines de femmes plutôt dévêtues.

Notoriété ou premiers revenus, la pornographie a quelques fois conduit à des débuts détonants.

2 – L’industrie pornographique, accélérateur de technologies

Rétrospectivement, les formats VHS et DVD doivent beaucoup à l’industrie pornographique. Les boutiques de location de film ont organisé des rayons entiers sur le genre. Le pay-per-view, les différents systèmes de vidéo à la demande et la télévision par satellite s’appuient encore sur la pornographie pour assurer la pérennité de leur modèle économique. Les grands groupes hôteliers ont été les laboratoires de ces innovations technologiques et ont ainsi pu bénéficier de recettes additives dont ils auraient eu tort de se priver.

L’industrie pornographique est un développeur de spin-off, d’expérimentations entrepreneuriales et technologiques.

3 – L’industrie pornographique est stratégique

Aucune hypocrisie ne peut enlever à l’industrie pornographique sa qualité stratégique. Sur Internet, le contenu pornographique est synonyme de flux et donc de monétisation. 70 millions de requêtes par jour concernent la pornographie. Les noms de domaine porn.com et sex.com ont été respectivement attribués pour des montants de 9,5 et 13 millions de dollars.

De grands groupes aux activités diversifiées placent également au cœur de leur
stratégie des plateformes de contenus pornographiques. Ainsi, au début des années 2000, Virgin Mobile avait mis en place Virgin Extras, un service dédié aux adultes, et intégré aux prestations classiques de l’opérateur. Pour ce qui est du commerce physique, une marque comme Swarovski a également su tirer son épingle du jeu. Après la vague du porno chic, le manufacturier de luxe a développé une gamme de sex toys dont le succès commercial, mais aussi les retombées en termes d’image ont profité à la marque.

La manne de la pornographie n’échappe à personne, et surtout pas à l’Etat. En Californie, région capitale de la production pornographique, 36 millions de dollars d’impôts sont en moyenne annuellement reversés à l’état de Californie par l’industrie du X.

 porno3Tremplin de carrière, laboratoire technologique, cash machine, l’industrie pornographique souffre cependant encore d’une assez mauvaise presse. Elle assume pourtant un succès retentissant. Montrée du doigt, elle reste paradoxalement pudique et communique peu, et son silence n’a d’égal que la discrétion de la plupart de ses adorateurs. Avec un chiffre d’affaires record et un taux de pénétration en croissance continue, le secteur prouve encore que sa taille compte…

 

David Dayan

david@kazeco.com

Le Saviez-vous ? - kazeco.com

 

[i] Chiffre de l‘Office des Nations unies contre la drogue et le crime