le Diable s'habille-t-il toujours en Prada?

Prada, groupe de luxe italien  de mode et maroquinerie, cherche en effet son 2ème souffle.

Depuis son introduction en bourse à Hong-Kong et un démarrage flatteur, le cours  d’introduction était de 39.50 HKD (dollars de Hong Kong) en juin 2011 et l’action a valu jusqu’à 82 HKD en décembre 2013, le groupe milanais souffre cette année et affiche une performance négative de 15% depuis 2014. Une performance boursière bien en retrait par rapport  à ses pairs puisque LMH gagne par exemple 9% depuis le début de l’année et Kering 4.5%.

prada

Pourquoi cette contre-performance  et quelles perspectives ?

D’abord Prada  réalise 50 % de son chiffre d’affaires en Europe et pâtit  donc d’une moindre demande en ce début d’année des touristes venant en Europe et de la clientèle locale.

Ensuite, Prada s’est engagé dans un processus de rationalisation de ses points de vente préjudiciables à court terme pour le chiffre d’affaires mais bénéfique à moyen terme.

En outre, Prada avait fait une très bonne année 2013, et comme  en Bourse, on achète aussi de la croissance , si celle-ci n’est pas assez au rendez-vous en 2014 , les investisseurs  sont moins enclins à soutenir le cours de bourse

Pourtant, les opportunités existent pour envisager un retour de la croissance à moyen terme.

prada 2

En effet, Prada a étoffé son portefeuilles de marques en rachetant notamment le couturier Jil Sander et le chausseur anglais Church’s, marque à fort potentiel non encore exploité.

De plus, Prada peut envisager renouer avec une forte croissance pour l’habillement  masculin dont les ventes pourraient doubler sur les 5 prochaines années.

Qui plus est , le label Miu Miu , qui vient du prénom de la petite fille du fondateur Muccia Prada, plus jeune et plus abordable avec des collections moins classiques, dispose également d’un fort potentiel de développement.

prada3

Valorisé autour de 15 milliards d’euros, et possédé encore à 80% par la Famille Prada, le groupe,  sponsor du bateau Luna Rossa, catamaran mythique et finaliste de la coupe de l’America en 2000, devrait retrouver du tonus et naviguer de nouveau sur la vague positive des groupes de luxe dans les prochains mois.