Vos Finances

Le courtage en crédit en France et en Europe

Depuis une dizaine d’année, les français ont une seconde façon de rechercher un financement pour acquérir un bien immobilier : rencontrer un courtier en prêt.

Ce dernier sera missionné pour trouver le meilleur emprunt auprès d’un établissement bancaire.

Précédemment, l’acquéreur faisait le tour des banques pour rechercher le prêt le plus économique.

Ce n’était pas une tâche très facile pour tout le monde. Il s’agissait de prendre sur son temps, de s’adapter à chaque interlocuteur en banque qui employait un vocabulaire adapté à la banque qu’il représentait. Il fallait savoir comparer chaque offre, et souvent les capitaux empruntés des uns étaient différents des capitaux étudiés des autres. C’était d’un casse tête… Et générateur de stress.

L’emprunteur rentrait donc dans une nébuleuse pour trouver son prêt.

Donc, comme je vous le disais, le paysage de l’activité de crédit a bien changé depuis dix ans maximum.

Vous pouvez enfin avoir l’interlocuteur unifiant toutes ces banques, dont l’objectif est donc de vous revenir avec la meilleure offre de crédit, tout simplement.

role courtier

 

Mais qu’en est-il de la réglementation en France et plus largement en Europe ?

Le marché du courtage est très disparate d’un pays européen à un autre. En effet, certains pays ont des réglementations très présentes comme le Royaume Unis, l’Irlande et l’Italie, puis viennent ensuite les Pays Bas, l’Espagne, et la Suède, et d’autres comme l’Allemagne, la Belgique, et le Portugal où il n’y a strictement aucune indication pour protéger l’emprunteur.

Les pays les plus réglementés bénéficient d’une activité forte en courtage. Par exemple, en Angleterre, 60% des futurs acquéreurs ont recours à un courtier, parce que la réglementation est claire depuis 1997. On n’attend pas moins de 80% des anglais qui, dans les cinq ans à venir, auront recours au courtage pour leurs nouvelles acquisitions parce que le pays va encore se renforcer dans une réglementation encore plus exigeante.

Au Pays Bas, c’est 50% des prêts qui sont débloqués grâce à l’intervention d’un courtier ; encore une fois, la loi sur les services financiers a pratiquement dix années derrière elle.

En France, où en est-on quant à la réglementation ?

Elle s’est faite tardivement, et a commencé en 2010, puis la réglementation s’est renforcée en 2013- 2014. Les courtiers ont dû prouver leurs aptitudes à exercer l’intermédiation pour ces opérations financières. ORIAS est l’organisme en France qui organise et fait respecter une série de conditions d’exercer le courtage en prêt.

Le marché du courtage en France représente 30% des crédits. Toutes ces conditions d’une profession plus réglementée devraient permettre de sécuriser le consommateur et donc de développer l’octroi de prêt par cet intermédiaire.

Une seule réglementation bientôt en Europe

Nous nous orientons ver un marché européen de l’activité de courtage grâce à une nouvelle directive européenne : la directive MCD (Mortgage Credit Directive).

Cette directive a pour ambition de créer un marché du crédit immobilier pour l’Union Européenne.

Les pays déjà très organisés ne subiront pas de modifications très importantes.

En somme, pouvons nous y voir à travers cette directive, une opportunité de développement pour les courtiers français qui pourront exercer sur de nouveaux marchés hors de nos frontières, mais aussi avoir une approche européenne quant à la culture crédit ?

Géraldine Zermati

My Invest Project
+33.6.16.810.555
gzermati@yahoo.fr