Le Bio ne connait pas la crise

Alors que la crise économique sévit un peu partout en Europe depuis quelques années, il existe un secteur qui au contraire se porte très bien : l'alimentaire bio.

bio1Marché de niche il y a peu, le bio est en pleine croissance et ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. C'est ainsi que la consommation des produits bio, selon l'Agence Bio, a augmenté de 9% en 2013, que plus de 15% des Français consomment bio chaque semaine, 9% au quotidien et près d'1 Français sur 2 au moins une fois par mois.

Estimé à 4,56 milliards d'euros (dont 4,38 milliards à domicile par les ménages), le marché est en constante progression ; il a connu en effet une augmentation moyenne de 10% par an de 1999 à 2005 (par les ménages, tous secteurs confondus). Depuis 2006, la tendance s'est accélérée. Aujourd'hui le marché a doublé. 

bio4Bien que ne représentant que 2,5% du marché alimentaire global en France (contre 2,3% en 2012), l'engouement pour les produits alimentaires bio ne se dément pas : pour répondre à la demande, le secteur de l'agriculture bio voit ses surfaces certifiées progresser de 9% par rapport à 2012, ce qui représente à ce jour 1,1 millions d'ha de surface bio. Les professionnels du bio se mobilisent également de plus en plus pour sensibiliser les « consomm'acteurs ». La filière, qui regroupe environ 26 000 producteurs et 12 400 opérateurs pour la transformation et la distribution, table sur de forts arguments sanitaires pour motiver les agriculteurs traditionnels à rejoindre leur mouvement : produits chimiques de synthèse, traitements ionisants et OGM y sont tout simplement bannis.  Les cahiers des charges au niveau national sont , à ce titre, très stricts. Par ailleurs, la réglementation européenne, révisée en 2009, a pour objectif de faciliter l'identification des produits, de renforcer le processus d'harmonisation des états membres et d'offrir une meilleure lisibilité au consommateur.

Consommer bio bouscule doucement mais sûrement les habitudes des acheteurs  puisque 41%  d'entre eux affirment avoir modifié leur comportement (contre 39% en 2012). Car de nos jours, les Français sont de plus en plus soucieux du contenu de leur assiette : 75% des produits bio consommés en France proviennent de France, la proximité étant un facteur de plus en plus déterminant dans leur choix.

bio5Parmi les acheteurs bio, 82% disent même faire un geste éco-responsable. Bien plus qu'une mode, consommer bio s'inscrit dans une véritable démarche personnelle : préserver sa santé en s'assurant de la qualité des produits, acheter solidaire, sauvegarder l'environnement ou se soucier tout simplement du bien-être de nos amies les Bêtes... Les motivations sont diverses mais bien réelles puisqu'au au cœur des préoccupations actuelles écologiques, sanitaires et éthiques.

Lyla Grabsia