flashbackeco

Le 23 février 1848, Louis Philippe renvoie Guizot son premier ministre, le 24, le roi abdique et Lamartine crée la seconde république

La France a du mal à se départager entre la Monarchie ou de la République.

en 1815, Louis XVIII  prend le pouvoir et donne fin à la 1ere République. Il donne à la France une période de calme et de prospérité économique pour le pays. Dans une atmosphère de relatif libéralisme politique. Il concilie à merveille les ardeurs du peuple et de la bourgeoisie tandis que la noblesse émigrée revient petit à petit. Cependant, le nouveau roi ne peut ignorer un quart de siècle de réformes et de changements. Il instaure une Charte (et non une constitution) qui reprend les acquis de l’ex République. Le frère du roi, Charles X fera tanguer le régime en voulant réinstaurer une vraie monarchie et en s’opposant à la charte, qu’il juge trop libérale, mais ses actions le mèneront finalement à l’exil.

Le Roi Louis Philippe prendra la suite mais la fin de son règne sera compliquée par une crise économique importante qui débute en 1847. (baisse des ventes industrielles, mauvaises récoltes, chômage …). Une mini révolte ressurgit et le 23 février 1848, le roi décide de renvoyer son premier ministre Guizot tandis qu’au même moment, la garde royale tire sur les manifestants. Il est trop tard !

imagesLe roi abdique le lendemain et aussitôt, la République est proclamée. Le gouvernement provisoire est dirigé par Lamartine
Celui-ci mettra très vite en place le suffrage universel (sans les femmes, Elles voteront pour la première fois en 1945! ); le droit au travail pour tous, mesure couteuse, qui conduit à la création des ateliers nationaux, permettant ainsi aux chômeurs de retrouver un revenu. La peine de mort pour délit politique est abolie; la liberté totale de la presse est assurée; enfin, l’esclavage dans les colonies est aboli.

Malgré tout, la Seconde République ne tient pas. Le Second Empire voit bientôt le prince-président Louis-Napoléon Bonaparte devenir par un coup d’Etat le dirigeant puis l’empereur de la France (1851-1870)