flashbackeco

Le 16 mars 2008, la banque Bear Stearns est reprise d’urgence, la FED débloque les fonds d’urgence.

Mars 2008, Les actions de Bear Stearns chutent de 83,41%. JP Morgan rachète Bear Stearns pour environ 1% de la valeur boursière quinze jours plus tôt.

Avant ce désastre, Bear Stearns, c'est:

-  399 M$ d'actifs.

- un spécilaiste dans le marché de capitaux (80 %), la gestion de patrimoine (10 %) et les services de compensation (10 %).

- la banque, pionnière dans les produits de titrisation,

- la 5e banque de Wall Street.

L’Etablissement bancaire subit de plein fouet la crise des subprimes et ne peut faire face. 

En ce 16 mars, une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule il y a de fortes imgresrumeurs concernant la faillite de Fannie Mae et Freddie Mac. Cet etablissement, société par actions créée par le gouvernement fédéral américain  dans le but d'augmenter la taille du marché des prêts hypothécaires.Fannie Mae et Freddie Mac achète des hypothèques sur le marché des prêts hypothécaires de première main, les assemble et les revend à des investisseurs sur le marché mondial.

Lorsque la bulle des subprimes éclate,en premier lieu par ce que le nombre de ventes des maisons tombent à un niveau très bas, celui de 1997, les saisies atteignent un taux record, Freddie Mac et Fannie Mae possèdent ou garantissent à ce moment là, environ 5 200 milliards USD du marché américain des hypothèques, évalué à environ 12 000 milliards USD en tout

imgres 1La fed est obligée de sortir l’artillerie lourde pour eteindre l’incendie. Elle invoque par exemple une mesure datant de la grande dépression (crise de 29), qui l’autorise à venir en aide à un établissement dont l’effondrement risquerait d’entraîner des faillites en chaîne dans le système bancaire. 
La faillite de Bear Stearns met en relief la possibilité de faillite du système des CDS (credit default swaps qui représente au niveau mondial pas moins de 42.000 trillions de dollars !

La Fed fera donc un prêt de 28 jours à JP Morgan, habilitée en tant que banque commerciale à recevoir ce genre de prêt, qui le re-prêtera à Bear Stearns, banque d’affaires. 
John Lipsky, délégué général adjoint du FMI déclarera même lors d’une conférence la proposition que des fonds publics, et donc les contribuables, pourrait venir en aide au système financier à la dérive...un début de panique... «Nous devons garder toutes les options sur la table, y compris l’utilisation potentielle de fonds publics pour conforter le système financier». « Le Fonds est également prêt à utiliser ses liquidités record, si nécessaire, pour aider à amortir (l’impact de la crise) sur l’économie mondiale.» 

Lehman Brothers, moins impliquée dans les CDS ne connaitra pas la « chance » de Bears Stearns. La banque connaitra la faillite pure et simple.

Le traitement des problèmes implique la FED dans un univers nouveau pour elle. Le 16 mars correspond en cela à une date charnière dans le traitement de la crise. L’ensemble des banques d’investissement et courtiers en ligne peuvent désormais accéder à la liquidité de la banque centrale. La Fed dégrade son bilan mais ce n’est pas grave à priori puisque les mesures prises doivent durer 6 mois …Ces mesures sont prorogées jusqu’aujourd’hui. Avant 2008, la Fed avait 95 % de titres de l’Etat Fédéral dans son bilan, elle en a moins de 25 à 30 % à l’heure actuelle.

What next ?