Economie et Sport

La main sur le coeur

Sport et œuvres de bienfaisance font parfois bon ménage. Des athlètes utilisent leur image et leur notoriété pour faire passer un message fort et toucher le plus de personnes possible. Voilà une manière bien intelligente de jouer du pouvoir de leur image. Cette semaine, le plus célèbre joueur de football évoluant dans notre championnat, Zlatan Ibrahimovic, s’est fendu d’un geste très remarqué et tout autant engagé. Une belle sortie médiatique pour le géant suédois. De quoi inspirer, il faut l’espérer, d’autres de ses compagnons. Retour sur quelques exemples de sportifs qui n’ont pas eu peur de s’engager publiquement pour la bonne cause.

 kazeco zlatan2

C’est samedi 14 février 2015, jour où l’on fête l’amour, que Zlatan a bien été inspiré pour marquer son but, d’entrée de match face à Caen (2 - 2 score final). En célébration de ce but, il a retiré son maillot et exhibé son corps recouvert (encore plus que d’accoutumée) de tatouages. Conformément au règlement, il a été sanctionné d’un carton jaune. Malheureusement pour lui, c’est le 3ème ce qui lui vaut d’être suspendu pour le match suivant - sanction alourdie par la suite pour son mauvais geste face à Saint Etienne, mais ça c’est une autre histoire. Quelle était la signification de ces prénoms tatoués sur tout son corps qu’il a tant voulu exhiber devant le Parc des Princes et les caméras? Même s’il savait qu’il était sous le coup d’une suspension, le géant suédois a voulu œuvrer dans le cadre d’une campagne de lutte contre la faim dans le monde. Les nouveaux tatouages (non permanents) représentaient 50 noms d’enfants souffrant de la faim. Ce fléau touche 805 millions de personnes dans le monde et Zlatan a voulu utiliser son image, en association avec le World Food Programme de l‘ONU, pour faire le buzz et sensibiliser les gens à cela. Un beau geste qu’il a expliqué dans une vidéo tournée pour l’occasion: http://www.dailymotion.com/video/x2hb841_world-food-programme-x-zlatan-ibrahimovic_lifestyle?start=2

 kazeco zlatan1

« Pour moi, il n’y a pas pire désastre que la faim dans le monde. On ne parle pas d’une ou deux personnes, mais de 805 millions. Si j’avais pu, j’aurais mis tous les noms sur mon corps. J’en ai mis cinquante. Je suis grand. Mais pas aussi grand ». La phrase de Zlatan Ibrahimovic se passe de commentaires. Il a troqué son image de bad boy pour celle d’homme au grand cœur et pour cela, comme l’on fait les femmes du Grand 8 sur D8, on peut lui attribuer une mention « TOP ». Vendredi, il s’est fait retirer les tatouages éphémères et en a publié l’image sur son compte Twitter, rappelant que « Les noms ne sont plus sur mon corps mais les gens sont toujours dehors ». Au-delà de ce geste symbolique, Zlatan serait un grand donateur (on parle en millions d’euros par an). Remarque avec plus d’un million d’euros par mois, nets d’impôts, ça aide.

 kazeco la main sur le coeur2

Un autre grand joueur de football s’était illustré il y a quelques années en œuvrant pour la bonne cause, et c’était lui aussi un joueur du Paris Saint Germain à l’époque: David Beckham. En Janvier 2013, le Spice Boy anglais venait de s’engager avec le PSG pour une durée de 5 mois. C’est au moment où beaucoup disaient qu’il était venu pour l’aspect financier du salaire proposé par les dirigeants Qataris, que David Beckham a annoncé que l’intégralité de son salaire serait reversée à une association caritative s’occupant d’enfants. Le joueur de 37 ans à l’époque avait déclaré: « Je ne vais pas toucher de salaire pendant ces cinq mois au PSG, ce sera des dons fait à des œuvres de charité pour les enfants avec lesquelles le PSG travaille. Je suis fier de pouvoir faire cela. J'aime pouvoir aider les enfants en difficulté, le PSG aussi, on s'est retrouvés sur ce projet commun qui ne s'est pas encore fait ailleurs ». Au final, son salaire a été à l’hôpital Necker et à l’association CéKeDuBonheur, fondée en 2004 par la femme de l‘acteur Omar Sy. A l’époque, le montant du salaire de l’ancien capitaine de l’équipe d’Angleterre n’avait pas été communiqué, mais il était prévu que les deux associations reçoivent chacune 500.000 euros, versés en deux tranches.

Samuel Eto’o déboursait la bagatelle de 5 millions d’euros par an à sa fondation lorsqu‘il évoluait à son plus haut niveau, tout comme Lionel Messi pour sa propre fondation.

kazeco la main sur le coeur4Mais Cristiano Ronaldo, alias CR7, est un des plus actif sur le plan caritatif. Il s’est notamment illustré pour avoir vendu son soulier d’or de 2011 et récolté 1.5 millions d’euros pour en faire don aux enfants palestiniens de Gaza. Il s’était déjà illustré en 2011 vis-à-vis de la Palestine pour avoir vendu aux enchères une paire de crampons pour en reverser la somme aux enfants de Palestine. De plus, le portugais avait fait des dons à 167 écoles dans 66 pays. Enfin, l’an dernier, il avait financé l’opération d’un nourrisson de 10 mois atteint d’une dysplasie corticale, maladie provocant des crises d’épilepsie à répétition. Lors de la coupe du monde de football au Brésil, CR7 avait d’ailleurs été moqué pour sa coupe de cheveux « bizarre » qui n’était autre qu’un clin d’œil à l’enfant, dont il a imité la cicatrice en témoignage de son soutien. Un homme au grand cœur.

kazeco la main sur le coeur 3Dans un autre registre, Tiger Woods, célèbre joueur de golf, avait organisé trois tournois de poker (en 2012, 2013 et 2014 ) en faveur de la Fondation Tiger Woods. Les fonds de l’association vont aux enfants défavorisés du continent Nord-Américain. Les événements étaient alors parrainés par le World Poker Tour. Chacun sa manière d’utiliser sa notoriété pour faire du bien.

Ce ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres, nous montrant simplement que l’on peut s’offusquer des montants pharamineux empochés par certains grands sportifs, mais que dans le lot, il y en a qui le rendent bien, et bon nombre d’entre eux font partie des mieux payés. Il ne faut pas s’arrêter à la façade, il faut aller dans la personnalité des sportifs pour savoir qui ils sont vraiment.
 

Manuel Orengo

manu@kazeco.com

Economie et Sport - kazeco.com