Economie et Sport

La Ligue 1 à l’heure de la « Goal Line Technology »

Ca y est, ce jeudi, le Conseil d’Administration de la Ligue de Football Professionnel a (enfin) décidé d’adopter la « Goal Line Technology » en Ligue 1 dès la saison prochaine. La fin des polémiques et des contestations en tout genre comme on a pu le voir sur les réseaux sociaux avec la parution de classements « sans erreurs d’arbitrage ». C’est une petite décision pour le Conseil d’Administration, et une mini-révolution pour le football français.

La Goal Line Technology c’est quoi en fait ?

Rappelez-vous l’été dernier lors de la Coupe du Monde de football 2014 au Brésil, la FIFA avait adopté une technologie révolutionnaire permettant de savoir avec certitude si le ballon franchit la ligne, et donc s’il y a effectivement but ou non. Un moyen technologique pour éviter les erreurs d’arbitrage ou erreurs d’appréciation sur une action de but comme ce fût le cas lors de France-Honduras (3-0) et le but de Karim Benzema, finalement validé grâce à ce système, dont c’était la première utilisation lors de la compétition. On reste loin de l’introduction de la vidéo dans le football, mais cela reste tout de même un joli pas en avant.

kazeco goal line 2

Comment cela fonctionne ?

Ce n’est pas bien compliqué, mais cela dépend du système choisi. Il y a GoalControl (celui choisit par la FIFA pour la dernière Coupe du Monde), Hawk-Eye, Cairos GLT et GoalRef.

GoalControl utilise pas moins de quatorze caméras à grande vitesse (sept sur chacune des deux cages, dont elles sont éloignées pour apprécier au mieux la trajectoire du ballon). Elles sont gérées par un ordinateur central qui reproduit la position du ballon en 3 dimensions en temps réel et qui, si ce dernier franchit la ligne de but, envoie un signal sur la montre de l’arbitre central lui indiquant qu’il y a but. Néanmoins, d’après le règlement FIFA, l’arbitre central reste l’unique décisionnaire pour attribuer le but ou non à l’équipe et ce, malgré le message reçu.

kazeco goal line3Hawk-Eye utilise le même fonctionnement que GoalControl mais il jouit d’une plus grande notoriété puisqu’il est utilisé dans le tennis professionnel depuis 2006. Il a été développé au sein de la société Roke Manor Research sous la direction du Dr Hawkins (qui lui donna son nom) et a été financé par The Television Corporation, compagnie de télévision britannique. Roland-Garros n’en est toujours pas équipé, seules les retransmissions télévisuelles permettent aux téléspectateurs de voire la technologie Hawk-Eye en action, les joueurs eux, ne voient pas les images. Dans les autres compétitions ils ont le droit de faire appel à Hawk-Eye pour contester une décision arbitrale. Il a été en utilisation test dans le championnat de football anglais (Barclays Premier League) pour la saison 2013/2014 et y a été adopté depuis la saison 2014/2015.

Cairos GLT est un système développé en partenariat avec l’équipementier sportif allemand Adidas. Ce système est différent dans le sens où il utilise un champ magnétique et un ballon disposant d’une puce. Si ce dernier franchit la ligne de but, un signal est envoyé à l’arbitre, comme pour les autres systèmes. Adidas a réussi à concevoir un ballon avec un capteur pouvant continuer de fonctionner même si le joueur a effectué une « frappe lourde » comme on dit dans le jargon.

GoalRef est plus complexe dans le sens où il utilise le principe de l’induction électromagnétique. Le champ électromagnétique à basse fréquence est contrôlé par des bobines installées sur le but, le ballon est quant à lui équipé d’un circuit électronique passif sous le cuir. Un logiciel surveille l’état du champ magnétique et tout changement sera alors dû au passage du ballon, générant, ici encore, un message à l’arbitre sur sa montre.


kazeco goal line4Le système Goal Line Technology a déjà été utilisé lors des Coupes du Monde des clubs de 2012 et 2013, lors (nous l’avons dit) de la Coupe du Monde de football 2014 et du championnat d’Angleterre de football (saison 2013/2014 en test et 2014/2015 officiellement). La France a suivi l’exemple de deux autres pays ayant décidé de l’adopter à leurs championnats de football lors de la saison prochaine: l’Italie et l’Allemagne. La Coupe du Monde de football féminin 2015 en sera également équipée.

Qui va payer la mise en place en Ligue 1 ?

« Cela sera financé par la Ligue 1 et supervisé par la Ligue » a déclaré Frédéric Thiriez, Président de la Ligue de Football Professionnel (LFP). La décision a été « unanime » après avoir longtemps été boudée dans l’hexagone, la technologie va donc faire son arrivée. Pourquoi maintenant ? En raison d’une récente baisse des coûts. La LFP va devoir établir un cahier des charges, car il faut équiper les 20 stades de Ligue 1 de 14 caméras et choisir entre le GoalControl ou le Hawk-Eye. La LFP a lancé un appel d’offre et va étudier les propositions des deux sociétés. Frédéric Thiriez a rappelé qu’il était favorable à tout ce qui peut venir en aide aux arbitres et que la France a été le premier pays à équiper ses arbitres d’oreillettes.

kazeco goal line5

Initialement, le prix annoncé était de l’ordre de 200.000 à 300.000 euros par stade, mais même si baisse des prix il y a eu, nous connaîtrons le montant de la facture (réglée par la Ligue) dès qu’elle aura choisi son camp !

Il faut croire que la LFP veut faire avancer le football français à l’heure où les polémiques vont bon train. Surtout que récemment, c’est l’Olympique de Marseille qui, une fois n’est pas coutume, a été victime d’erreurs d’arbitrage. En effet, dans le match les opposant à l’Olympique Lyonnais (0-0 score final), le marseillais Lucas Ocampos s’était injustement vu refuser un but. Dans un match de cette importance (lutte pour le titre) ces erreurs ne sont pas acceptables quand on connaît la valeur des places dans le classement final. Néanmoins, Frédéric Thiriez a assuré que cet incident n’a pas pesé dans la décision et que la motivation principale était « la baisse du prix ». Argent quand tu nous tiens…

Manuel Orengo

Sport et Economie

Manuel@kazeco.com