La Grèce, la tête haute

Vous l'aurez surement entendu à de multiples reprises: les primes font polémique. Après avoir été source de discorde au sein des équipes africaines, telles que le Ghana, le Nigéria ou le Cameroun, c'était au tour de la Grèce de s'illustrer. Mais comment?

La Grèce a été très durement touchée dernièrement d'un point de vue financier. Le pays a été frappé de plein fouet par la crise de la dette publique, naît de la crainte de ses créanciers de ne pas le voir rembourser sa dette publique. Cette situation, résulte de la crise économique mondiale couplée au fort taux d'endettement de la Grèce (120% du PIB en 2010) et de son déficit budgétaire, entre autre, supérieur à 13% de son PIB.

grece1 

Aussi, les joueurs grecs, contrairement à leurs homologues africains, ont souhaité envoyer un message fort aux autres nations, mais surtout aux grecs du monde entier. Même avant leur huitième de finale (perdu aux tirs au but, hier soir, face au Costa Rica), les joueurs avaient refusé de toucher leurs primes. Le capitaine de la selection hellène, Giorgios Karagounis, et ses coéquipiers, ont envoyé une lettre au premier minister du pays, Antonis Samaras, pour annoncer ce refus et demander à la place, de trouver un endroit et d'y construire un centre d'entrainement pour l'équipe nationale.

Une belle démarche, qui, après avoir assisté à la livraison par avion de 3 millions de dollars en cash, afin de servir de prime aux joueurs du Ghana, rend un peu d'humanité à cette coupe du monde qui est décidemment, bien trop portée sur l'argent. 

Manuel Orengo

manu@kazeco.com

Sport Eco - kazeco.com