La France voit la vie en bleu

Nous le disions au lendemain de la victoire de Bleus, leur effet est considérable en France. Il y a un fort élan patriotique qui réchauffe les cœurs. Il faut dire que leur parcours est, jusqu’à présent, beau et qu’il y a de quoi se prendre au jeu en voyant l’amour pour le maillot qu’ont ces joueurs.

Les médias jubilent de ce parcours, on ne va pas revenir là-dessus. Mais ce ne sont pas les seuls. Cet élan fait tourner une partie de l’économie à plein régime!

Les paris sportifs pour commencer. Ils sont toujours plus variés et excitants. Enormément de combinaisons possibles et les gains pour les Nostradamus en herbe peuvent vite grimper. Par exemple, sur le site Betclic, pour un match, il y a environ une quarantaine de paris possibles. Et autant dire que les inscriptions sont montées en flèche tout comme le nombre de paris.

Ensuite la vente de produits dérivés a explosé. En effet, la vente de maillots français reste très forte, bien qu’elle ait été plus importante avant la compétition que pendant. Les puristes diront que ce retour au traditionnel avec le maillot d’époque arborant le coq « dans le bon sens » fait plaisir à voir. Pour information, le polo des Bleus est toujours en rupture de stock. La société Doublet exportatrice de drapeaux « bleu, blanc rouge » n’a pas encore communiqué de chiffres précis mais elle se frotte déjà les mains.

Enfin, nous retrouvons ce que je qualifierai de « nécessaire à match ». Ici nous avons les téléviseurs pour commencer, dont les ventes sont en hausse en moyenne de 3% dans l’hexagone. Loin de l’hystérie annoncée mais en légère hausse tout de même, les plus de 107 cm étant les plus prisés selon les enseignes. Nous avons aussi les tireuses à bière en augmentation, tout comme les planchas. Enfin, pour terminer, nous avons les pizzerias qui se régalent, excusez le jeu de mot, même si c’est plus flagrant lors des matchs à 22h, avec une augmentation de 20% du personnel pour une augmentation de 80% des livraisons . La loi de Pareto se vérifie ici encore. Les bars équipés d’écrans géants quant à eux, écoulent en moyenne 100 litres de bière contre 25 litres les soirs normaux.

Vous l’aurez compris, les Bleus sont une tendance qu’il faut suivre (ou pas) et qui fait fonctionner notre économie à sa manière. Précisons ici, que, vu l’horaire du match, l’économie de vendredi soir sera freinée, tout du moins dans les entreprises, où les supporters ne voudront pas rater le coup d‘envoi. Mais pour la bonne cause.

Pour ceux qui sont encore bloqués sur Pareto, je vous invite à consulter Google, pour les autres je vous invite à sortir le polo, pour ceux qui l‘ont et à vous préparer. Rendez-vous pris: vendredi 18h.

 

Manuel Orengo

manu@kazeco.com

Sport Eco - kazeco.com