Kazeco News

L'énergie renouvelable et Hanergy à la tête des fortunes chinoises

hanergy 2

Jack Ma, le fameux fondateur du site d’e-commerce vient de céder sa place d’homme le plus riche de Chine à Li Hejun, le magnat chinois de l’énergie solaire ! Selon le classement Hurun, publié le 3 février, cet entrepreneur de l’énergie renouvelable a vu sa fortune tripler en un an atteignant ainsi les 26 milliards de dollars. Li Hejun, 47 ans, avait commencé sa carrière dans le commerce de l’équipement électronique avant de s’intéresser aux installations hydroélectriques. Par la suite, il se penchera en toute logique vers autres énergies vertes (éolienne, solaire). C’est en 1994, qu’il fonda le groupe Hanergy à Beijing. Performant dans l’hydroélectricité puisqu’elle possède un des plus grand barrage privé du monde situé dans la province du Yunnan en Chine, la firme attire surtout l’attention avec l’énergie solaire.

Hanergy c’est surtout une compagnie chinoise qui promet de révolutionner la manière dont l’énergie solaire est utilisée et de devenir le « Apple » de l’énergie verte. L’action de sa filiale, Hanergy Thin Film Power Group (HTF) a augmenté de 300% en 2014. Misant sur une stratégie basée sur la recherche de technologies visant à abaisser au maximum les coûts de revient de films photovoltaïques ultrafins (qui coûtent chers plus chers que les panneaux basiques), le patron d’Hanergy construit des usines partout à travers la Chine et a déjà acquis quatre entreprises occidentales de fabrication de films solaires dont Alta Device en 2014.

Avec une marge nette de plus de 50% alors que la concurrence peine à être rentable et une valorisation trois fois supérieure à son plus grand concurrent First Solar, Hanergy group aurait-il trouvé la recette gagnante sur ce marché encore difficile ?

Un bilan si impressionnant n’a pu qu’attirer l’attention et soulever des doutes. En effet, le Financial Times s’est penché fin janvier sur les comptes de HTF et le constat est surprenant. Il semblerait tout simplement que, la filiale HTF vende ses équipements destinés à la fabrication de panneau solaire à sa société mère, le groupe Hanergy, qui détient 73% de son capital. Par conséquent, quasiment la totalité des 14,8 milliards de dollars de chiffre d’affaires reporté depuis 2010 viendraient de rien. De plus, son rapport annuel de 2013 montre que seulement 35% de ces contrats ont été réglés et que le reste a été placé en créances clients.

capture d écran 2015 02 06 173022En définitive, huit des neufs usines de Hanergy Group sont les clients principaux de HTF. Cependant, on constate un large fossé entre le chiffre d’affaires de ces usines et l’argent dépensé par Hanergy pour acheter les équipements à HTF. Concrètement, en 2012, les usines ont annoncé un CA de 50 millions de dollars de vente de panneaux solaires tandis que HTF a annoncé un CA de vente d’équipements de 342 millions de dollars.

 

capture d écran 2015 02 06 170502De plus, comme Hanergy group l’a confirmé officiellement, les usines produisent à un niveau très bas en 2014. Il est certain que le groupe perd aujourd’hui de l’argent comme le confirment les cadres d’Hanergy mais compte tenu de la technologie que la firme développe et les perspectives du marché, la sérénité règne. Ce qui se confirme sur les marchés financiers!

 

La situation actuelle de Hanergy n’est peut être pas significative. Certes, son principal client est Hanergy lui-même et les usines trop nombreuses mais ce n’est que l’image d’une stratégie bien définie qui tient compte des perspectives d’avenir et surtout de l’objectif final.

Li Hejun est convaincu que Hanergy Group est destiné à devenir le leader de cette industrie, bien que pour l’instant, un dixième de la production d’énergie solaire provient de cette fine et légère technologie encore trop chère par rapport aux panneaux solaires classiques. C’est pourquoi l’économie d’échelle est essentielle pour réduire les coûts de productions.

Pour le moment, l’offre ne rencontre pas totalement la demande mais Li investi sur l’avenir et profite pour se constituer une avance sur la transition énergétique. En 2011, la Chine a annoncé une volonté de développer des champions de l’high-tech et des technologies dans le développement durable et l’économie d’énergie afin de réduire son indépendance au pétrole et s’attaquer à son image de pollueur. De plus la firme est déjà en train de négocier des contrats avec Honda, le géant Volkswagen (pour ses usines en chines) et Tesla, le fabricant de voitures électriques.


chine obama       vw group logo1
 Accord climat Chine USA: doit-on s'en réjouir?      Volkswagen loin d’être dans le vague

 Stratégie osée et peu conventionnelle mais peut être gagnante, seul le temps confirmera. Pour l’instant elle est appréciée auprès des investisseurs et l’optimisme des cadres du groupe est inébranlable comme le déclare Mr Dai, CEO de HTF : « Dans un an ou deux, beaucoup de ce que vous voyez comme des problèmes aujourd’hui ne le seront plus », « Vous serez capable de voir que c’est une entreprise incroyable. »

Alors? Convaincu? 

 

Florian Pavia