Jean qui rit, Jean qui pleure...

Ouverture de capital pour les uns, potentialité de mise en vente pour les autres…le marche des soins et cosmétiques, fortement concurrentiel, se concentre depuis ces dernières années sur quelques acteurs majeurs et la tendance risque très certainement de se poursuivre dans les années a venir.

Les acteurs en présence ont besoin de visibilité et de financements importants pour innover (R&D), développer (marketing) et soutenir (force commerciale) leurs gammes. Les changements de mode de consommation actuels et donc, ceux de la distribution (internet, boutique en propre), redistribuent les cartes et dessinent un nouveau paysage pour les forces en présence. Il faut sans cesse anticiper et s'adapter, sous peine d'etre vite depassé.

Nous avons choisi ici deux exemples récents pour illustrer notre propos.

 

PANTHER S'OUVRE A BPI FRANCE ET IXO PRIVATE EQUITY

jean qui rit

Cottage, gel douche vendu en grande surface est la marque la plus connue du groupe Panther.

Les frères Madrid ouvrent le capital de leur groupe, positionné sur le segment bains et douches et sur la cosmétique, pour accélérer sa croissance. Panther veut croître encore sur le marché national, mais aussi à l'export.

Bpifrance et Ixo Private Equity, à Toulouse, annoncent leur entrée au capital du groupe Panther. Créée à Bordeaux par Antoine et Hervé Madrid, cette entreprise s'appuie sur deux marques, dont le gel douche Cottage, parmi les marques les plus achetées dans le segment bains et douches (même si elle reste loin des leaders, comme le Petit Marseillais), tout en se développant dans la cosmétique avec l'Institut Arnaud (offre complète de produits pour le visage et le corps).

Après avoir eu de sérieuses difficultés en 2006, le groupe Panther, qui emploie 70 salariés, a renoué avec la croissance.

Hausse foudroyante

Son chiffre d'affaires est ainsi passé de 9,9 M€ en 2009 à 17,8 M€ en 2013, soit une croissance de 80 % ! C'est dans cette perspective et pour accompagner le développement du groupe que Bpifrance et Ixo Private Equitiy viennent de faire leur entrée au capital de Panther, pour un montant qu'ils n'ont pas dévoilé.

Bpifrance et Ixo Private Equity veulent accompagner une stratégie de croissance centrée sur le marché national, mais aussi l'export. Les deux frères veulent se donner les moyens de réussir la montée en puissance de Panther en investissant de façon significative dans leur force commerciale, en marketing, ainsi qu'en recherche et développement. Déjà présent à l'export, où Panther réalise plus de 50 % de son chiffre d'affaires dans 80 pays, le groupe des frères Madrid veut se renforcer en Chine et en Russie.

 

MALMENE EN BOURSE, ELIZABETH ARDEN ETUDIE LA POSSIBILITE DE SE VENDRE 

Le fabricant de parfums américains a creusé sa perte trimestrielle. 

Le groupe a confié un mandat à Goldman Sachs pour explorer des « options stratégiques ».

Mi-mai, le groupe américain a vu son cours chuter de 19 % à la Bourse de New York, après l'annonce d'une forte perte trimestrielle. Sur le troisième trimestre de son exercice clos fin mars, celle-ci s'est élevée à 26,4 millions de dollars, contre 1,3 million sur la même période l'an passé. Le chiffre d'affaires a, lui, reculé de 20 %, à 210,8 millions dollars.

Les ventes ont souffert d'une baisse de la demande pour les parfums, et en particulier aux Etats-Unis, son marché historique. Elizabeth Arden réalise l'essentiel de son activité avec des parfums de célébrités (Britney Spears, Justin Bieber…) et de designers (Juicy Couture, BCBG Max Azria…). Par ailleurs, les promotions proposées en Europe ont pesées sur les marges. Le froid qui a sévi ces derniers mois outre-atlantique aurait aussi fortement perturbé l'activité de l'entreprise, car « un grand nombre de magasins ont été contraints de fermer », a précisé le dirigeant E. Scott Beattie.

Des résultats jugés «  décevants, en particulier après plusieurs années d'amélioration constante de la marge brute et du bénéfice », selon ce dernier. Pour restaurer sa rentabilité, le groupe, dont la marque phare Elizabeth Arden a été fondée en 1910 à New York, va mettre en œuvre un plan de restructuration, avec l'objectif de réaliser entre 40 millions et 50 millions de dollars d'économies par an. Les détails seront connus cet été.

Le coréen LG en lice

Cette mauvaise performance intervient alors que le groupe américain n'exclut pas une vente. Son patron a confirmé, hier, qu'il avait retenu Goldman Sachs & Co. afin « d'aider le conseil d'administration à explorer des alternatives stratégiques possibles ».

Le 23 avril dernier, le coréen LG Household & Healthcare avait indiqué que sa division hygiène et produits ménagers réfléchissait au rachat d'Elizabeth Arden. LG, cotée en Bourse, a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de 4.300 milliards de wons (3 milliards d'euros) et qui a quasi doublé en quatre ans.

La marque Elizabeth Arden, pionnière sur le marché des cosmétiques, a été rachetée en 2001 par l'américain FFI Fragrances à Unilever, qui depuis a pris son nom. Elle a pour produit culte un baume apaisant, Eight Hour, créé en 1930, dont 1 million d'unités sont vendues chaque année. La marque américaine a réalisé un chiffre d'affaires de 1,34 milliard de dollars sur l'exercice clos fin juin (+ 8,6 %). Les Etats-Unis restent son premier marché (59 %), suivis de l'Angleterre, du Canada et de l'Australie. 

jean qui rit 2