Economie et Sport

G.O.L.F.

kazeco golf4Non, nous ne parlerons pas d’une voiture, mais bel et bien du sport. Car oui, malgré ce que certaines personnes (qui ne le pratiquent pas bien entendu) peuvent penser, le golf est un sport à part entière. Et de plus en plus, nous le voyons s’intégrer dans notre paysage et s‘y installer durablement. Mais une chose est certaine, pour préserver le golf, les fédérations internationales ne cessent de s’adapter pour ne pas freiner sa progression.

La pratique du golf en France ne cesse de croître au fil des années. On enregistre 20% d’augmentation du nombre de licenciés sur les 10 dernières années, pour atteindre 422.761 licenciés de golf en 2012. Ce sport arrive en 4ème position des sports individuels les plus pratiqués en France. Néanmoins, selon les statistiques de la Fédération Française de Golf, plus de 45% des licenciés ont 55 ans et plus, contre moins de 15% ayant moins de 25 ans. Un sport moins « violent » qui permet aux seniors en retraite ou préretraite de pratiquer une activité physique régulière dans un cadre plus que plaisant, ce qui contribue grandement à sa popularité.

Au niveau de l’hexagone, fin 2012, l’Ile-de-France recensait 25% des licenciés, loin devant les régions Rhône-Alpes (10.5%), PACA (9.9%) ou encore Aquitaine (7.6%).

L’économie du golf représente 1.5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 13.000 emplois directs et indirects dont 70% sont des CDI.


kazeco golf2Certains d’entre vous n’ont peut être jamais entendu cela, mais une étymologie populaire veut que les lettres G.O.L.F. soient pour « Gentlemen Only, Ladies Forbidden », ce qui signifie grosso modo: uniquement des hommes, femmes interdites. Aujourd’hui fermement rejetée par la Fédération de Golf, cette maxime reste pourtant d’actualité. Hautement macho, la réalité l’est (malheureusement) tout autant. La reconnaissance du golf féminin a été tardive. En terme de licenciés, seulement 28% sont des femmes. Rien de particulièrement choquant, bien que ce pourcentage soit encore trop faible. Là où le bât blesse, c’est en terme de professionnalisme. Il est trop rare de voir des femmes s’élancer en alternance avec les hommes au départ de grandes compétitions internationales. Les sponsors sont trop frileux quant à l’idée d’associer leur nom à des golfeuses. Ainsi, les dotations des femmes en pâtissent et sont cinq fois moins importantes en moyenne que celles des hommes.

Le golf fait grincer des dents sur un autre point: l’environnement.

kazeco golf3

En effet, l’immensité des parcours de golf nécessite un lourd entretien pour que la qualité soit au rendez-vous. Les dépenses en eau sont sujettes à controverses.  Ainsi, le 2 mars 2006, la Fédération Française de Golf a signé avec le ministère de l’écologie une « charte sur l’eau » qui imposait une réduction de 30% de la consommation d’eau en 3 ans. Les propriétaires de parcours de golf ont donc redoublé d’imagination en ce sens, en irrigant moins ou en récupérant les eaux de pluies.

L’impact sur l’environnement des engrais et pesticides utilisés est également pointé du doigt par les diverses organisations. C’est comme cela qu’à la fin des 3 ans de la précédente charte, une nouvelle fût mise en place à la demande des propriétaires de golf, affichant du coup, une volonté de contribuer à préserver l’environnement. La nouvelle charte (sur 5 années supplémentaires), en plus des réductions d’eau impose une baisse de l’ordre de 50% des pesticides utilisés et surtout, intégrant le golf dans la catégorie des « sports de nature ». Par ce biais, les parcours de golf contribueraient à respecter l’application du Plan Ecophyto 2018 établi en 2007 au Grenelle de l’Environnement. Ce plan vise à réduire et sécuriser l’utilisation de produits « phytosanitaires » servant à soigner et entretenir les plantes: les pesticides.


kazeco golf1Il y a tout de même des impacts positifs à la présence de parcours de golf en France. Le Museum National d’Histoire Naturelle a mené une étude sur les algues, les plantes et les animaux de 2007 à 2009 sur le Golf National (parcours de golf de la Fédération Française de Golf et hôte de l‘Open de France). Il en ressort qu’un golf contribue à la préservation et à la protection de la biodiversité. Dans un autre registre, lorsqu’un golf est construit, il développe le côté nature et empêche une urbanisation qui, par endroit, dégraderait et dénaturerait fortement le paysage.

Il n’en reste pas moins que le golf est un sport dont la pratique a un coût élevé. Au vu de ce qui vient d’être exposé sur l’environnement et l’entretien, il est clair que cela ne pouvait pas en être autrement. L’argent entraîne l’argent. Aussi, le budget de la Fédération Française de Golf s’élevait, l’an dernier, à 27 millions d’euros, dont l’essentiel provient de la vente des licences. 29% de ce budget est réaffecté à l’organisation du sport en France.

Il faut bien continuer à promouvoir le golf, pour ne pas qu’il ralentisse son bel élan.

Manuel Orengo

manu@kazeco.com

Sport Eco - kazeco.com