La Macroéconomie

BNPA de l’EuroStoxx : perspectives 2015, encore besoin de la macro ?

La relation entre prévisions économiques et les projections de bénéfices par actions des entreprises de l’EuroStoxx est loin d’être évidente. De nombreux éléments affectent la croissance des bénéfices des grandes sociétés cotées européennes : éléments exceptionnels, impact des mesures de restructuration et évolution des marges, rachats d’actions…

Les grandes entreprises de l’EuroStoxx réalisent une part importante de leur chiffre d’affaires hors Europe, ce qui contribue à expliquer la faiblesse de la relation entre la croissance européenne, même en valeur, et le profil de leurs bénéfices. Ainsi, il est difficile de porter un jugement sur l’annonce d’une croissance de 18% des BNPA pour 2015 attendue par le consensus des analystes de Factset. La croissance en Europe s’annonce molle et l’inflation faible, mais, avec des « effets de base » et éléments exceptionnels, une telle croissance des bénéfices est réalisable.

Mais, au-delà la prévision de croissance des BNPA, il est intéressant de regarder quels sont les secteurs de l’EuroStoxx qui l’explique. Les secteurs les plus sensibles à la conjoncture économique sont-ils à l’origine des attentes de croissance des BNPA ? L’année prochaine, la croissance économique sera-t-elle un élément important dans les projections de résultat des entreprises ? Existe-t-il un risque de forte révision à la baisse des projections des analystes pour l’année 2015 ?

BNPA de l’EuroStoxx : perspectives 2015, encore besoin de la macro ?

capture d écran 2014 11 24 160800 

C’est devenu une habitude depuis quelques années. Les attentes des analystes de croissance des bénéfices par actions sont élevées au début d’année et elles sont progressivement révisées à la baisse au fur et à mesure des publications de l’année (cf. graphique ci-dessus), pour finir sur un niveau nettement inférieur aux attentes initiales du consensus. Seule l’année 2013 a échappé à cette règle, mais ce ne sera pas le cas de 2014….

Le consensus des analystes, compilé par Factset, table sur une croissance de 18% des BNPA des entreprises de l’EuroStoxx l’année prochaine, après une hausse de 19% cette année.

Nous avons regardé secteur par secteur ce qui justifie ces prévisions très « optimistes ».

Premier élément, le secteur qui devrait afficher la croissance la plus forte des BNPA, et qui a le poids le plus important dans l’indice, est le secteur bancaire. Après une multiplication par 3 de ses résultats en 2014, ils devraient encore croître de 59% l’année prochaine. Cette croissance n’a, toutefois, pas beaucoup de sens car elle s’explique avant tout par des « effets de base » importants. Mais le secteur censé apporter la plus forte contribution à la croissance des bénéfices de l’EuroStoxx est un secteur « macro », sensible à la politique monétaire de la BCE et à un redressement de la demande de crédit dans les prochains mois.

Les autres secteurs dont il est attendu une forte croissance des bénéfices en 2015 sont celui des ressources de base (+ 56%) et celui des voyages et loisirs. Dans les deux cas, l’évolution des prix des matières premières sera déterminante pour la réalisation de ces prévisions ou pour justifier des révisions des attentes des analystes.

En revanche, les secteurs les moins dépendants ou les moins sensibles de la conjoncture, comme l’assurance (+ 4%), les utilities (+ 4%), l’immobilier (+ 5%) ou la santé (+ 8%) ne devraient connaître qu’une progression de leurs profits par action très inférieure à la moyenne de l’indice. Les indicateurs économiques seront donc déterminants dans les prochains mois. Ils influenceront encore fortement les projections de résultats et le PER 2015 de la bourse européenne.

capture d écran 2014 11 24 160811

Second élément, nous avons regardé les révisions des EPS des analystes actions sur les 6 derniers mois. Or, d’un point de vue sectoriel, il existe une relation forte entre le niveau élevé de la croissance attendue des profits et l’ampleur des révisions à la baisse des analystes ces derniers mois. Le chiffre de 18% de croissance des BNPA est donc très fragile. Les secteurs contribuant le plus à la croissance des profits de l’EuroStoxx sont aussi ceux qui ont subi le plus de révision à la baisse ces derniers mois. Le long cycle de révision à la baisse des projections des analystes n’est peut-être pas terminé…

Tous ces éléments ne sont guère rassurants pour nos projections 2015 sur la bourse.

Le PER 2014 de l’EuroStoxx est à 16,1 et il est de 13,7 pour 2015. La bourse européenne n’est donc pas « très chère » sur les résultats attendus pour 2015 des entreprises. Mais les sources de révision à la baisse restent plus nombreuses que jamais et le marché sera très sensible à la conjoncture de la zone euro.

Dans une logique macroéconomique, nous considérons que les chiffres les plus importants étaient les statistiques de croissance de l’encours de crédit. Une hausse de la demande de crédit serait un élément montrant l’efficacité des mesures prises par la BCE et réduirait le risque de déflation généralisée dans la zone euro. Mais, dans une logique microéconomique, en regardant ce consensus des analystes, la clef de la performance de l’EuroStoxx pour 2015 est aussi dans la croissance de l’activité dans le secteur bancaire. Ce secteur a perdu son rôle moteur sur l’indice d’ensemble cette année, mais il pourrait redevenir déterminant en 2015.

C.Parisot

Chef économiste