Athènes vs. Sparte

Petits rappels

L’opposition entre Athènes et Sparte va au-delà de l’affrontement des deux cités lors des guerres du Péloponnèse. La confrontation entre les deux cités était, aussi et avant tout, une confrontation des modes de pensée à tel point qu’elle a continué d’influencer les penseurs marxistes des XIXème et XXème siècle, et que ceux-ci verront en Sparte la tentative d’un proto-communisme.

Dans l’imaginaire collectif, Athènes représente la Cité ouverte sur le monde, berceau de la démocratie et de la philosophie, accueillant les réalisations architecturales les plus fameuses de l’époque. Les enfants apprennent l’écriture, la lecture, la musique et la poésie. La démocratie existe bien, les institutions représentatives et les postes à nomination aussi. La propriété privée se développe et l’intimité des foyers se crée. Le commerce, quant à lui, devient fleurissant au fil des acquisitions territoriales et de l’implantation des comptoirs (mines d’argent du Laurion, blé de Cyrène et de Crimée, ivoire d’Afrique du Nord…).

A Sparte en revanche, les fils sont enlevés à leurs parents dès l’âge de 7 ans pour être versés dans l’art du combat. L’éducation a pour but de créer une classe de guerriers dédiés à la défense de la Cité bien plus qu’à leurs intérêts particuliers. La démocratie existe aussi, mais les votes se font aux acclamations. Le consentement des uns se perd dans le bruit produit par d’autres. La communauté prime. L’intimité est bannie. Les repas sont généralement pris en commun et la loi veille théoriquement à l’égalité des conditions de vie (isonomie radicale).

Proto-communisme vs. Proto-capitalisme

Mais après de tels rappels succincts et quelques peu caricaturaux qui feraient presque passer les Athéniens pour des êtres absolument raffinés et philosophes face à des hordes de Spartiates en mal de combat, vous pouvez, chers lecteurs, vous demandez en quoi Kazeco a intérêt à se prendre pour un manuel d’histoire ?

Et à moi de vous répondre, ce que vous savez déjà, autrement dit, que la façon dont nous bâtissons nos sociétés dépend aussi de la place que nous donnons à l’argent et que Sparte comme Athènes ne pouvaient ignorer cette problématique.

A Sparte, la vie austère, les repas pris en commun, l’absence de luxe et de frivolité représentent un style de vie vertueux. Ces comportements engendrent notamment une faiblesse des échanges monétaires. Au VIIème siècle, une loi vient même proscrire l’or et l’argent comme monnaie. Seule existe une monnaie de fer (la nomisma), lourde et de valeur faible comparée à son poids. L’or et l’argent ont la particularité de supporter les phénomènes d’oxydation et donc de pouvoir conserver leur intégrité si on les enterre. Ils permettent la capitalisation à terme. Le fer en revanche s’oxyde, se détériore et ne pouvant être enterré, il doit nécessairement circuler.

athènes vs sparte 2

Sparte a fait le choix, en fonction de ses valeurs, d’encourager la circulation au détriment de toute capitalisation. A Athènes, on fait le choix inverse. On use de l’or comme monnaie, on en constitue des réserves et dans les cas les plus extraordinaires la Cité peut même en demander aux citoyens. De telles levées de fonds permettront notamment l’affrètement de flottes qui découvriront au nom d’Athènes, les ressources stratégiques et les débouchés nécessaires à son expansion.

Même si les Grecs n’ont pas établi la théorie classique de la circulation monétaire, il n’en reste pas moins que le système économique et les orientations politiques d’une société sont intimement liés.  Mettre en accord valeurs de la Cité et efficacité a été la priorité commune d’Athènes et de Sparte. Sparte n’imaginait pas sa paix sociale résister à la moindre inégalité de forme entre ses murs, Athènes ne concevait pas quant à elle, que le blé, l’ivoire, l’encens et les autres richesses arrivant au port du Pirée ne puissent être payés en pièces d’or, sonnantes et trébuchantes.

Au-delà des champs de bataille, Athènes et Sparte se sont livrés à un combat idéologique, voire identitaire, dont l’argent ne pouvait être exclu. 

David Dayan

david@kazeco.com

Le saviez-vous ? - kazeco.com