Amaya : un coup de poker réussi?


amaya3Ce nom ne vous dit peut être pas grand-chose et c’est bien normal. Pourtant le cours de bourse de cette jeune société canadienne- 10 ans d’existence, 155 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2013 -   a fait un bond spectaculaire en gagnant 42% ce vendredi à la bourse de Toronto. Pourquoi ?

 amayagraphe

(source Bloomberg)

Amaya, spécialiste dans les équipements et les services pour les industries de poker en ligne a décidé de racheter Oldford Groupe qui possède les sites PokerStars et Full Titt  qui rassemble plus de 85 millions de joueurs inscrits. La transaction vaut le détour : Amaya a mis sur la table 4.9 milliards de dollars  pour s’emparer de Poker Stars et de Fultitt, qui, bien que déficitaires, ont réalisé un chiffre d’affaires de 1.4 milliards de dollars en 2013.

Amaya devient donc le 1er groupe coté dans le domaine du poker du poker en ligne devant Bwin. Et c’est surtout la perspective de pouvoir opérer aux Etats-Unis qui a enthousiasmé les investisseurs et propulser sa capitalisation boursière à 1.8 milliard de dollars Canadiens (1.2 milliard d’euros). Selon les dirigeants du groupe, l’opération sera relutive (c’est-à-dire positif pour les bénéfices) dès cette année avec un résultat d’exploitation estimé à 600 millions de dollars.

amaya2

En outre, la complémentarité des activités des 2 groupes aujourd’hui combinés donne des perspectives très séduisantes à terme. D’autant plus que cette acquisition permet aussi à Amaya d’élargir ses activités à la diffusion d’émissions télévisées et à l’organisation de tournois. Aux dernières nouvelles, son dirigeant, David Baazov, chercherait déjà sa prochaine proie. Amaya, un exemple de l’adage qui dit que «l’avenir appartient aux audacieux ».