9 juillet 2002 : Création de l'Union Africaine

L'Union Africaine est officiellement proclamée lors de la 38ème Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Organisation de l’Unité Africaine (OUA) se tenant à Durban, Afrique du Sud. La nouvelle organisation prend la place de l’OUA crée en 1963 et a pour mission de faire évoluer le concept d’une union transnationale africaine à un niveau supérieur. 

 

9 juillet 2002 ua
Drapeau de l'Union Africaine 
 

La Déclaration de Syrte du 9 septembre 1999 et l’Acte Constitutif de l’Union Africaine (UA) du 11 juillet 2000 apportent des innovations majeures à cette nouvelle union politique à l’échelle continentale, réunissant aujourd’hui 54 Etats. A la différence de l’OUA, l’UA dispose d’un Parlement et d’une Commission chargés de prévoir une intégration croissante des politiques des Etats à une vision commune. Au travers de son Conseil de Paix et de Sécurité, elle continue également d’assurer des missions diplomatiques et de maintien de la paix.

 

9 juillet 2002 ua3
Siège de l'Union Africaine à Addis Abeba
 


Mais les imprécisions de son Acte Constitutif font penser que les pays de l’UA pourront encore souvent se retrancher derrière une conception parfois trop rigide 9 juillet 2002 ua 1de la souveraineté. Le projet initial de l’UA soutenu notamment par la Lybie à la fin des années 1990 voyait bien plus loin que l’UA actuelle et envisageait par exemple la création d’une Banque Africaine de Développement et d’un Fonds Monétaire d’Investissement. Ces outils économiques et financiers avaient été imaginés dans le cadre de politiques d’intégrations économiques étendues et d’investissements endogènes profitables avant tout à la croissance africaine et non aux seuls investisseurs étrangers, souvent plus soucieux de rentabilité que de développement.

Si l’Union Africaine représente en elle-même une avancée politique majeure, c’est sa capacité à profiter elle-même de sa propre croissance économique (4,9% de croissance en 2013) qui lui permettra d’améliorer son niveau de vie. La lutte contre la corruption, la réduction des inégalités et de la pauvreté, mais aussi le renforcement d'une croissance endogène sont parmi les grands défis que le continent aura à relever durant les prochaines années.