FlashbackEco

7 novembre 1964 : Création de la CFDT

7 novembre 1964 création de la cfdtSuite à son Congrès extraordinaire qui se tient à Paris du 6 au 7 novembre 1964 à Paris, la Confédération Française des Travailleurs Chrétiens (CFTC) opte à 70% pour un changement de nom et devient la Confédération Française Démocratique du Travail (CFDT). Une partie de minoritaires décide alors de revendiquer l’héritage chrétien du mouvement et de faire scission derrière Joseph Sauty et Jacques Tessier[1] en refondant une « CFTC maintenue ».

L’abandon de la lettre « C » et d’une référence trop prononcée à une autorité religieuse n’était pourtant pas d’une totale nouveauté. A partir de 1947, un véritable mouvement réformateur de « déconfessionnalisation » prend place à l’intérieur du syndicat. Les statuts de la CFTC précisent alors que l’organisation « se réclame et s’inspire dans son action des principes de la morale sociale chrétienne » mais abandonnent la référence explicite à l’Encyclique Rerum Novarum et à la doctrine sociale de l’Eglise jusqu’alors contenues dans les statuts de la CFTC de 1919. Les conseils théologiques formés de prêtres et d’évêques et qui n’avaient jusqu’alors qu’un rôle consultatif, sans jamais être décisionnaires, sont abandonnés. La tendance réformatrice devient finalement majoritaire en 1961 sous la direction d’Eugène Descamps jusqu’à provoquer une scission entre CFDT et CFTC en 1964[2].

Dès le milieu des années 1960, la CFDT, nouvelle arrivante dans le paysage syndical français se réclame de la lutte des classes, milite pour la reconnaissance des sections syndicales d’entreprises (Accords de Grenelle, 1968), et opère également des rapprochements avec la gauche française qui seront toutefois abandonnés à partir de la rupture de l’Union des Gauches (1977).

 

7 novembre 1964 création de la cfdt2Membre des cinq grandes confédérations syndicales, la CFDT est un partenaire social de premier plan. Contribution active aux lois Auroux en 1982 (dispositif de lutte contre les discriminations au travail, conventions collectives sur les salaires, instauration des CHSCT…), soutien à la réforme de la Sécurité Sociale du gouvernement Juppé (1995), aux 35 heures (1997) ou à la loi de sécurisation de l’emploi (2013), opposition ferme au CPE (2006) ou à la réforme des retraites (2010), la CFDT est l’un des grands acteurs du monde du travail en France et participe à en redessiner le cadre au fil des années.

 

7 novembre 1964 création de la cfdt3
 50ème anniversaire de la CFDT le 5 novembre 2014 à Paris

 

Forte de 868 601, la CFDT est aujourd’hui le deuxième syndicat français en termes de voix avec 29,47% des suffrages remportés lors des dernières élections prudhommales, juste derrière la CGT (30,62%).

 

 

[1] Fils de Gaston Tessier, membre fondateur de la CFTC

[2] En 2014, à quelques mois de l’anniversaire de ses 50 ans, la CFDT a également enlevé le mot « chrétien » à ses statuts, en finissant ainsi peut-être avec sa filiation avec la CFTC et une querelle sémantique ancienne loin des objectifs actuels du syndicat.