FlashbackEco

6 septembre 1683 : Décès de Jean-Baptiste Colbert

Issu d’une famille de la petite noblesse, Jean-Baptiste Colbert né le 29 août 1619 à Reims, fut l’éminence grise de Louis XIV et le principal artisan de sa politique économique.

Entré au service de l’Etat en 1640 par le biais de relations familiales, il devient commis auprès du secrétaire à la Guerre François Sublet de Noyers, avant d’être le gestionnaire de l’immense fortune personnelle de Mazarin. Conseiller du Roi dès 1649, il profite de son influence grandissante pour atteindre Nicolas Fouquet, Surintendant des Finances, et autre étoile ascendante du royaume. Les rapports sur les malversations et l’enrichissement personnel de Fouquet feront mouche et la disgrâce du Surintendant laissera Colbert seul gestionnaire effectif de la politique économique du Royaume.

 

6 septembre 1683 colbert1Au style dispendieux d’un Fouquet, Colbert oppose un sens de l’économie et de la gestion en bon père de famille qui ne l’empêchera pas cependant de trouver l’argent nécessaire à la construction du château de Versailles ou aux nombreuses campagnes militaires de Louis XIV. Mais le véritable point fort de Colbert réside dans sa vision des échanges économiques au XVIème siècle. Dans une France entourée de puissances ennemies, Colbert applique une politique mercantiliste en favorisant l’essor des manufactures royales et donc la création de biens à forte valeur-ajoutée. Le ministre, qui fut aussi celui de la Marine Royale n’oublie pas non plus d’adosser sa politique mercantiliste à une flotte maritime puissante synonyme d’approvisionnement en matières premières et de débouchés aux dehors de la seule Europe. La 6 septembre 1683 colbert4Compagnie des Indes Orientales dans l’Océan Indien, celle des Indes Occidentales et celle du Levant en Méditerranée seront les fers de lance du rayonnement économique français dans les années 1660 et 1670. Pour boucler la boucle et faire de la France une puissance manufacturière championne de la balance commerciale, il applique également une politique protectionniste forte afin de favoriser la production intérieure au dépend d’importations qui auraient de toute façon bénéficiées aux puissances ennemies. En fin gestionnaire et en ministre éclairé, Colbert a bâti sa politique économique sur la politique étrangère de son Roi.
 

Administrateur accompli, Colbert fut également fondateur de l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres (1663), de l’Académie des Sciences (1666), mais aussi Surintendant des bâtiments, responsable de l’aménagement du jardin des Tuileries et de la construction de l’Observatoire de Paris. Jusqu’à sa mort, le ministre sera le fidèle serviteur du Roi, un des rares qui finira ses jours sans jamais tomber en disgrâce.

Bourreau de travail à la capacité d’exécution remarquable, Jean-Baptiste Colbert permit l’équilibre relatif du budget du Royaume… tant qu’il vécut. La fin de règne de Louis XIV fut en effet moins prospère. Le ministre fut en fait à l’origine d’une impulsion économique rare, une de celles qui laisse des traces. Preuve en est, qu’aujourd’hui encore, la manufacture des Gobelins (tapisseries), ou un grand nom de l’industrie française comme Saint-Gobain (anciennement Manufacture des glaces de miroirs) peuvent encore se réclamer des initiatives de l’illustre ministre.

 

6 septembre 1683 colbert3
Visite de Colbert à la Manufacture des Gobelins

 

Coïncidence de destin et de calendrier, Jean-Baptiste Colbert meurt précisément 22 ans et un jour après l'arrestation de Nicolas Fouquet, son rival d’antan et dont il avait tant souhaité la déchéance.