FlashbackEco

6 octobre 2008 : Quand le CAC fait Krach !

6 octobre 2008 quand le cac fait krach kazeco 1Prises dans la tourmente des subprimes, les bourses mondiales et européennes s’effondrent. En l’espace de quelques semaines, les titres adossés à des créances immobilières chutent suite à la dégringolade du marché immobilier américain. Particulièrement exposées par ce type d’actifs, les plus grandes banques de la planète sont ébranlées. Après la mise sous tutelle d’institutions comme Freddie Mac et Fanny Mae - garants de près de 40% des prêts hypothécaires américains - et la faillite de la Lehman Brothers le 15 septembre 2008, le monde entier s’attend en effet aux répercussions d’une crise bancaire de très grande ampleur. Titrisation et internationalisation de la finance mondiale ont contribué à la réalisation d’un tel risque.


Entre mi-septembre et le tout début du mois d’octobre, les signes de fébrilité du secteur bancaire européen se sont accumulés : rachat de la Halifax Bank of Scotland par la Lloyds TSB (12 septembre), nationalisation partielle de la banque Fortis, plan de sauvetage de la banque HRE par le gouvernement allemand (28 septembre), aide des gouvernements belges, français et luxembourgeois à Dexia (30 septembre), prise de contrôle des branches belges et luxembourgeoises de Fortis par BNP Paribas (5 octobre)… la confusion du secteur bancaire européen ne cesse de s’accentuer et atteint son paroxysme sur la place boursière de Paris le 6 octobre 2008.

6 octobre 2008 quand le cac fait krach kazecoDans le sillage des autres places boursières européennes comme Londres (-7,85%), Francfort (-7,07%), Milan (-8,24%), ou Amsterdam (-8,18%), Paris connaît une perte record et le CAC 40 termine sur une chute de 9,04% à la clôture. En dehors d’Europe aussi, le 6 octobre sera également une journée noire. Sao Paulo (-15%) et Moscou (-19,10%) suspendront leurs cotations.

Le lundi 6 octobre 2008 marque encore aujourd’hui, la plus forte baisse en séance de l’indice CAC 40 depuis sa création en 1988[1].

 

[1] La chute est même supérieure à celle subie par l’ancien indice de la place de Paris suite au Krach d’octobre 1987. La plus forte baisse en séance de l’indice parisien avait alors assumé une baisse de 8,7% le mardi 20 octobre 1987.