FlashbackEco

5 août 1905 : Wassily Leontief, l’art de l’analyse

Né le 5 août 1905 à Munich, Wassily Leontief décroche sa maîtrise à l’université de Saint Pétersbourg en 1924, puis son doctorat à l’Université Humboldt de Berlin. En 1931, il commence véritablement sa carrière d’économiste en partant pour les Etats-Unis. Il rejoint le Bureau National de Recherches Economiques (National Bureau of Economic Research), puis l’Université d’Harvard.

En 1941, Leontief présente une nouvelle approche économique en divisant l’économie américaine en 500 secteurs et en classant distinctement les ressources exigées et les productions créées par chacune des branches de l’économie américaine. L’analyse entrée-sortie (input-output) permet de faire un point sur les besoins et les capacités de l’économie et facilite la planification économique à l’échelle du territoire national.

5 août 1905 leontiefPrenons l’exemple d’un pays qui souhaiterait doubler sa production d’infrastructures. Il aura nécessairement besoin de ciment, d’acier et de routes pour les acheminer et donc aussi d’infrastructures pour produire ces biens. Le pays en question devrait donc logiquement viser plus que le simple doublement de sa production d'infrastructures pour arriver à ses fins. Le tableau input-output permet de ne rien oublier, ou en tout cas de mieux envisager l’interdépendance industrielle existant entre différentes branches d’activités. Il permet également de mieux identifier certaines branches motrices de l’économie, comme la construction, qui met généralement en mouvement une grande quantité de corps de métiers et d’industries. Autrefois fondamentalement liée à la planification industrielle, le tableau input-output sert aujourd’hui à surveiller l’évolution des diverses branches de l’économie et à accentuer les initiatives politiques ou économiques sur les secteurs qui le nécessite.

Le tableau input-output de Leontief n’est ni plus ni moins que l’ancêtre du tableau des échanges interindustriels de la comptabilité nationale et dont la technique s’est aujourd’hui propagée à l’échelle mondiale.

L’analyse de Leontief a également donné lieu à la remise en question du modèle HOS (Hecksher-Ohlin-Samuelson) selon lequel les pays qui possèdent un facteur de production en quantité (par exemple le travail pour la Chine ou le capital pour les Etats-Unis) devraient exporter les produits qui nécessitent l’usage de ce facteur. Le paradoxe est cependant apparu lorsque Leontief a comparé le modèle HOS aux données de la comptabilité nationale
américaine. Les Etats-Unis exportent principalement des biens intensifs en travail – et ont tout intérêt à le faire. Le paradoxe est dû au fait que le travail américain est suffisamment complexe et qualifié pour être profitable à la balance commerciale américaine. Cette constatation remet en cause la systématisation du modèle HOS et ouvre la voie à des analyses économiques qui prendront en compte la qualité, la complexité et le niveau de technologie des facteurs de production (analyses néo-factorielles et néo-technologiques).


Wassily Leontief reçoit le prix Nobel d’Economie en 1973 pour ses travaux concernant les tableaux de relations interindustrielles. En 1975, il rejoint la New-York University, fonde et dirige le Center for Economic Analysis avant de décéder le 5 février 1999 à New-York, à l’âge de 93 ans.

 

A lire aussi :