FlashbackEco

4 septembre 1870 : Proclamation de la Troisième République

Depuis la chute de la monarchie absolue en 1789, la France a connu sept régimes politiques, trois monarchies constitutionnelles (Monarchie Constitutionnelle de Septembre 1792, Restauration de 1815, Monarchie de Juillet en 1830), deux républiques (Première République de 1792 à 1804 et ses évolutions sous le Directoire et le Consulat ; Deuxième République de 1848 à 1852) et deux empires (Sous Napoléon Ier, 1804-1815 ; Sous Napoléon III, 1852-1870). Et en 1870, deux jours après la capitulation et la capture de Napoléon III à Sedan face aux troupes prussiennes, c’est encore face à un choix politique capital que se retrouvent les Français.

 

4 septembre 1870 3
Gravure représentant Napoléon III (à gauche) et Bismarck (à droite) après la capitulation des troupes de l'empereur le 2 septembre 1870

 


4 septembre 1870 1Dans la nuit du 3 au 4 septembre, la foule qui a appris la nouvelle de la capitulation envahit le Palais Bourbon alors siège du Corps législatif et entrave tout effort de conservation du régime impérial. Léon Gambetta et Jules Favre, ainsi que les autres leaders de la mouvance républicaine (Jules Ferry, Jules Simon, Jules Grévy) profitent alors du trouble suscité pour mener les parisiens à l’Hôtel de Ville et y créer un Gouvernement de Défense Nationale avant que les agitateurs révolutionnaires, tels un Delescluze ou un Blanqui, ne prennent toute initiative. Le 4 septembre, Gambetta entérine la montée en force des républicains et la chute du Second Empire en proclamant la création de la Troisième République du haut du balcon de l’Hôtel de Ville.

 

 

4 septembre 1870 2

Léon Gambetta (1838-1882), membre du Gouvernement de Défense Nationale (1870), Président de la Chambre des Députés (1879-1881), Ministres des Affaires Etrangères (1881-1882)

Menacée dès les premiers mois de sa naissance par la Commune de Paris, l’agitation révolutionnaire, les armées prussiennes, les espérances de restauration monarchistes et impériales, puis ballotée par les scandales politiques (Affaires Wilson, Dreyfus, des Fiches…) et politico-financiers (Fiasco du Canal de Panama, Affaire Stavisky…), mise à mal par la manifestation antiparlementaire du 6 février 1934, la Troisième République ne tombera finalement que sous la pression de l’invasion allemande de mai 1940 et la dévolution des Pleins Pouvoirs par l’Assemblée Nationale au Maréchal Pétain.

Avec 70 années de longévité, la Troisième République est le plus long régime républicain qu’est connu la France. Elle lui a permis d’entrée dans la phase de modernité de sa vie politique, dans la phase d’expansion de ses industries et de désenclavement de ses espaces ruraux, et surtout d’affirmer la constitution de son identité nationale au travers d’instruments de socialisation comme l'école laïque et obligatoire (1881-1882). Véritable moment républicain de l’Histoire de France, la Troisième République a constitué le socle de l’idéal républicain tel que nous le connaissons aujourd’hui.