FlashbackEco

4 février 1945 : Conférence de Yalta en Crimée !

 
images 1 2Du 4 au 11 Février 1945, au palais de Livadia, située dans les environs de la station balnéaire de Yalta, en Crimée et en présence de Staline, Churchill et de Roosevelt, la conférence de Yalta a pour but de démilitariser l’Allemagne et de la découper en plusieurs zones, dont l’une sera accordée à la France par la suite. Elle a aussi pour but de garantir le nouvel ordre du Monde et surtout ne pas répéter les erreurs des conventions faisant suite à la première Guerre Mondiale.
 
Staline conserve les états baltes, la Moldavie, la Carélie, la Pologne orientale et même la Prusse orientale.
 
Durant cette rencontre, le chef d’état russe est en position de force, puisque son armée rouge a déjà atteint l'Allemagne orientale. Tandis que les Anglo-Saxons, n'ont pas encore franchi le Rhin.
Il a également face à lui deux hommes fatigués. Roosevelt mourra trois mois après Yalta et Churchill, usé physiquement, dont le « il y aura des larmes et du sang mais nous ne céderons face aux nazis » se ressentait en cette fin de guerre.
 
images 2 2Staline sortira grand gagnant puisque prétextant une protection en vue de futures attaques, il en profitera pour annexer des territoires de l’URSS.
 
La Conférence de Yalta est le prélude de la Guerre Froide.
 
Roosevelt se trompa totalement sur les intentions de Staline, mais il ne sera pas présent pour s’apercevoir de son erreur historique, puisqu’il déclara :
 
« Si je lui (à Staline) donne tout ce qu'il me sera possible de donner sans rien réclamer en échange, noblesse oblige, il ne tentera pas d'annexer quoi que ce soit et travaillera à bâtir un monde de démocratie et de paix. »
 
Roosevelt aurait du revoir Charlie Chaplin (dont la tête avait été mise à prix par Hitler) dans le film  Le Dictateur :
 
«  Ces brutes vous ont promis toutes ces choses pour que vous leur donniez le pouvoir : ils mentaient. Ils n'ont pas tenu leurs merveilleuses promesses : jamais ils ne le feront. Les dictateurs s'affranchissent en prenant le pouvoir mais ils font un esclave du peuple. »

Alors, il faut nous battre pour accomplir toutes leurs promesses. Il faut nous battre pour libérer le monde, pour renverser les frontières et les barrières raciales, pour en finir avec l'avidité, avec la haine et l'intolérance. Il faut nous battre pour construire un monde de raison, un monde où la science et le progrès mèneront tous les hommes vers le bonheur. Soldats, au nom de la Démocratie, unissons-nous tous !"
Est ce toujours d’actualité ?