FlashbackEco

3 juin 1839 : Calumet de la guerre

La Chine décida au XVIIIème siècle d’ouvrir ses ports au commerce avec la Grande-Bretagne,  certes avec de grandes restrictions quantitatives et règlementaires. Les empereurs de la dynastie Qing considèrent alors pour la plupart que la Chine est autosuffisante. Elle n’aurait aucun intérêt à participer à un commerce marchandises contre marchandises et demande à être payer en lingots d’argent pour ses exportations de thé, bien de consommation alors très prisé à Londres.

Soucieuse de rééquilibrer sa  balance commerciale, la Grande –Bretagne mise sur des exports massifs d’opium depuis ses comptoirs indiens en direction des ports chinois. Sa stratégie porte très vite ses fruits. Les cargaisons anglaises d’opium se succèdent et envahissent la Chine. L’addiction à l’opium est telle que la balance commerciale s’inverse rapidement en faveur des britanniques. La Chine répond par une stricte politique anti-opium. Les cargaisons sont confisquées, puis brûlées, et la Grande-Bretagne appelée à arrêter ses exportations.

Poussés par des intérêts financiers mirobolants, la Chambre des Communes se prononce finalement sur l’envoi d’un corps expéditionnaire britannique pour rouvrir par la force les ports de Chine. La première guerre de l’opium anglo-chinoise commence alors à partir du 3 juin 1839. Elle aboutira au traité de Nankin le 29 août 1842, à l’ouverture des ports chinois et à la cession de l’île de Hong-Kong, dont les Britanniques feront leur avant-poste en Asie. Une conséquente indemnité de guerre et de dédommagement en raison des cargaisons détruites au début du conflit s’élevant à 21 millions de dollars sera alors exigée de la Chine.

La Chine forcée un temps d’ouvrir ses portes au monde est aujourd’hui devenu le grand champion de la mondialisation.

Et oui, un jour, la Chine s’éveilla.

 

A lire aussi :