FlashbackEco

28 octobre 1962 : Referendum sur l'élection au suffrage universel direct du Président de la République

Adoptée par voie référendaire (28 septembre 1958), la Constitution du 4 octobre 1958 consacre la Vème République et un régime au pouvoir exécutif renforcé. Mais aux débuts de la Vème, le Président est toujours élu au suffrage universel indirect, autrement dit par un collège d’environ 80 000 « Grands Electeurs » comprenant parlementaires (comme sous la IIIème ou la IVème République), mais aussi conseillers généraux, membres des assemblées territoriales d’outre-mer et représentants élus des conseils municipaux.
 
Si Charles De Gaulle bénéficie de l’aura de l’homme providentiel, le mode de scrutin ne donne pourtant pas autant de légitimité à la fonction présidentielle qu’à l’Assemblée Nationale, dont les députés sont directement élus par les Français.

 

28 octobre 1962 suffrage universel direct2Soucieux d’affirmer la légitimité de la fonction, le Général De Gaulle propose alors aux Français de s’exprimer par voie référendaire sur le mode de scrutin de l’élection présidentiel. Le 28 octobre 1962, les Français se prononcent à 62,2% en faveur d’une élection présidentielle au suffrage universel direct. 28,9 millions de Français seront ainsi inscrits sur les listes électorales et appelés à voter pour l’élection présidentielle de 1965. Elu avec 55,20% des suffrages exprimés face à François Mitterand, Charles De Gaulle deviendra d’ailleurs à cette occasion le premier Président de la République élu au suffrage universel.

 

 

28 octobre 1962 suffrage universel direct1

 

 

En mettant fin à la tradition « représentative » de l’élection présidentielle, le Général De Gaulle à renforcer la légitimité du chef de l’Etat et la position d’un exécutif qu’il voulait fort, loin des crises ministérielles et de l’instabilité politique de la IVème République.

 

 

kazeco.com