28 juillet 1914 : Début de la Première Guerre Mondiale

Un mois s’est écoulé depuis l’assassinat à Sarajevo de l’archiduc François Ferdinand de Habsbourg (28 juin 1914). L’assassin, un jeune bosniaque de 19 ans, Gavrilo Princip, a abattu l’héritier du trône de l’empire austro-hongrois au nom de l’indépendance des peuples slaves, sans se douter que son geste allait être à l’origine du premier conflit mondial.

28 juillet 1914 1

Le 23 juillet 1914, pour faire la lumière sur le tragique incident, l’Autriche avait exigé, sous ultimatum de 48 heures, neuf concessions de la part de la Serbie, dont le départ de forces de polices autrichiennes pour Sarajevo. Cette dernière injonction, fut rédigée comme l’expression d’une ingérence inacceptable pour la Serbie, donna lieu à la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays et à un déclenchement de déclarations de guerre en cascade, dont la première fut celle de l’Autriche à la Serbie le 28 juillet 1914.

28 juillet 1914 3Il est difficile aujourd’hui de concevoir que le premier conflit mondial ait trouvé ses causes dans le seul assassinat de l’héritier des Habsbourg. Une telle interprétation serait en effet le résultat d’une compréhension biaisée de la réalité. Depuis la deuxième moitié du XIXème siècle, les crises se sont multipliées entre les Etats européens. Les appétits coloniaux de la France et de l’Allemagne se sont heurtés lors de la crise de Tanger (1905) et de celle d’Agadir (1911) et ont ravivés l’esprit revanchard de la France à l’égard du Reich, victorieux de la guerre de 1870. La France a d’ailleurs préparé son réseau d’alliance avec la Russie (1892) d’une part, et avec l’Angleterre (1904) d’autre part. L’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Empire Ottoman en ont fait autant. Si l’Empire Ottoman se méfie de l’expansionnisme russe et de la flotte britannique qui menace sa domination en Méditerranée, l’Autriche-Hongrie désire quant à elle faire taire la montée du nationalisme slave à l’intérieur de ses frontières, mouvement habilement soutenu par la diplomatie du Tsar… Bref, la diplomatie européenne a pendant de nombreuses années mis en place des antagonismes inextricables et a fait mine d’en douter. Le 28 juillet 1914, la déclaration de guerre autrichienne à la Serbie, entraînant le soutien de la Russie tsariste aux frères slaves, sera le premier pas d’une marche à la guerre devenue inéluctable. Faute de n’avoir pu stopper le jeu de la surenchère, les puissances européennes se retrouvent finalement happées par le premier conflit mondial de l’Histoire.

28 juillet 1914 2A l’été 1914, les Etats-Majors et les gouvernements de tous bords croient encore à une guerre de mouvement inspirée des grandes manœuvres napoléoniennes. Il n’en sera rien. Les progrès de l’artillerie cloueront les lignes pendant quatre ans. Les moindres avancées se compteront en milliers de morts et de blessés. La guerre inaugurera également l’usage des gaz sur les terrains d’opération. 

Le bilan humain en sera tragique. Les victimes des deux camps, militaires (9,7 millions) et civiles (8,9 millions) avoisinent les 18,6 millions de morts. Le bilan politique et économique d’une Europe profondément divisée et affaiblie constituera également le ferment du second conflit mondial et le déclin relatif du Vieux Continent.