FlashbackEco

27 juillet 1990 : Deux-chevaux pour la marque aux deux chevrons

A 16 h 30 précisément, la dernière Citroën 2CV (deux-chevaux) sort des ateliers de Mangualde au Portugal et clos un des plus glorieux épisodes de la marque au-double chevron. De 1948 à 1990, 7 millions d’unités se sont vendues de par le monde.

 

27 juillet 1990 2A l’origine de la 2CV, il y a le projet Très Petite Voiture (T.P.V) initié par la nouvelle direction de Citroën, qui depuis 1935 appartient à Michelin. En charge du projet, Pierre Boulanger, vice-président (futur président) de Citroën et chef du bureau d’études, détaille dans une note d’interne les grandes lignes d’un cahier des charges qui s’étoffera peu à peu :

« ... faire une voiture pouvant transporter quatre personnes et 50 kg de pommes de terre, à la vitesse de 60 km/h, pour une consommation de 3 litres d'essence aux 100 km... elle devra être conduite par une femme ou un débutant... et l'esthétique, je ne veux pas en entendre parler ! »

Entre 1937 et 1939, plus de cinquante prototypes sont mis à l’essai sur un circuit spécialement aménagé et gardé par des murs de pierres pour éviter tout regard indiscret. Annoncée le 2 septembre 1939, la sortie de la 2CV est avortée à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale.

27 juillet 1990 4L’aventure de la 2CV reprendra finalement après la guerre. Présentée au Salon de l’Automobile de 1948, la 2CV s’attire l’engouement du public plus que celui des observateurs averti. Tant mieux ! Le succès de la 2CV sera populaire. Si en 1950, la production atteint le seuil des 400 unités par jour, cela ne suffit pas à assouvir la demande grandissante des automobilistes qui doivent attendre 5 ou 6 ans avant que leur 2CV ne leur soit livrée. En 1961, le pic de production de la voiture du peuple atteint finalement les 232 551 exemplaires.

La force de Citroën, c’est alors de pouvoir entretenir l’engouement des automobilistes français en proposant une série de 2CV évolutive répondant aux attentes du marché. Type A (1949 – 1954), AZ (1954), AZL (1955), AZLP (1957), AZA (1963), 2cv4 (1960), Charleston (1980), mais aussi Dyane et Mehari, les déclinaisons de la 2CV se vendent à plus de 7 millions d’exemplaires, en France, mais aussi à l’étranger.

27 juillet 1990 3

Dans l’imaginaire collectif, la 2CV a également fortement marquée son empreinte. Ses surnoms, (Deuche ou deudeuche en France , Tin Snail, en Angleterre, Deux-poils en Belgique, Pincha-pincha au Portugal…), ses afficionados et les manifestations lui étant dédiées ne se comptent plus.

 

A lire aussi :