flashbackeco

26 Fevrier 1995 , l’institution Financiére Barings, tricentenaire, était declaré en faillite

Un trader nommé Nick Leeson, responsable de la branche singapourienne de la Barings fait couler cette vénérable institution financière britannique crée en 1762 par Johann Baring en accumulant prés de 1,5 Milliards de pertes , soit plus que les fonds propres de la banque . La Barings est a l’epoque la 6eme banque d’Angletterre, elle incarne l’image de respectabilité et de prestige et compte parmi ses clients la reine d’Angleterre. Elle fait partie intégrante de l’histoire du pays.

Pour parvenir à ce désastre , qui a fait tremblé les places financières du monde entier et qui a poussé la banque d’Angleterre à engager ses propres deniers, Nick Leeson a parié depuis son antenne de Singapour, sur la hausse du marché boursier de Tokyo. Pour ce faire, il a acheté des produits dérivés d'actions

Pour information, un produit dérivé est un contrat qui consiste à parier sur la valeur future d'un indice boursier, d'une matière première, d'un taux de change ou d'un taux d'intérêt. L'effet de levier est colossal sur les marchés dérivés. C’est de l’ordre de 1 pour 20 c’est a dire que vous pouvez misez 1 Euro et en jouez jusqu'à 20.

Des lors, selon cette procédure, en ce debut d’année 1995, Nick Leeson,   commençe à perdre enormément en pariant sur la reprise du Nikkei, indice boursier Japonais qui tarde a venir. Cette stratégie est d’autant plus contrariée qu’un tremblement de terre a Kobe fait chuter le marché Japonais encore plus fortement.

Apres c’est le terrible engrenage,pour effacer ses énormes pertes , il investit encore plus gros pour se refaire. Dans toute salle de marchés digne de ce nom, à la fin de chaque journée, les positions prises par les traders sont notées et le risque économique est strictement évalué. En l'occurrence, le chef de la salle de marchés de Singapour a dû noter chaque jour les positions prises mais, cédant à la panique, il n'en a pas réferé au siège londonien. imgres 1Résultat : Le 26 Fevrier 1995, la banque est declarée en faillite et est revendue a ING pour un Livre symbolique. L'histoire de la banque Barings qui est loin d'être un cas isolé, bien que tres médiatisé, a montré aux yeux des régulateurs qu'une mauvaise gestion du risque opérationnel (inadéquation ou défaillance des procédures, du personnel et du système interne) pouvait générer des dégâts considérables.

Les pertes opérationnelles enregistrées par la Société Générale en 2008 (7,3 milliards de dollars), Sumitomo Corporation en 1996 (2,9 milliards de dollars), Orange County en 1994 (1,7 milliard de dollars) ou encore Daiwa Bank en 1995 (1,1 milliard de dollars) survenues après ont confirmé cet énorme danger. .

Ces différents épisodes ont eu aussi un retentissement énorme en dehors du cercle des spécialistes de la finance. Les opinions publiques se sont inquiétées et s’inquiètent toujours de l’utilisation des produits dérivés et de la  folie des marchés financiers  où de jeunes « golden boys » peuvent faire couler des institutions financières qui ont pourtant vu passer des dizaines de crises pendant deux cent ans.