FlashbackEco

26 décembre 2004 : Tsunami, catastrophe dans le Pacifique

26 décembre 2004 tsunami1Cataclysme parmi les plus dévastateurs de toute l’histoire humaine, le tsunami (littéralement « vague de port en japonais ») de 2004, toucha la plupart des pays disposant de côtes autour de l’Océan Indien, causant la mort de près de 230 000 personnes, dont 170 000 en Indonésie, 31 000 au Sri Lanka, 16 400 en Inde, 5400 en Thaïlande, d’innombrables dégâts matériels, mais aussi un traumatisme psychique persistant au sein des populations touchées.

Consécutif à un séisme d’une magnitude évaluée entre 9,1 et 9,3 du à la rupture de la zone de subduction entre la plaque tectonique indienne et la micro-plaque d’Andaman sur une distance de près 1600 km, le tsunami de 2004 déplace avec lui une colonne d’eau progressant par endroit à près de 800 km/h et dont les effets seront alors dévastateurs sur tout le pourtour de l’Océan Indien.

Né au large des côtes de Sumatra, le phénomène touchera d’abord les côtes indonésiennes de la province d’Aceh, puis le Golfe du Bengale, les côtes de Thaïlande, de Birmanie, du Sri Lanka, d’Inde et même d’Afrique six heures après le début du séisme qui aura débuté dans la matinée (7h58, heure de Bangkok).

26 décembre 2004 tsunami2

Touchés par un très sévère bilan humain et matériel, comptabilisant 230 000 morts, 500 000 blessés et un million de sans-abri, les pays victimes de la catastrophe pourront compter sur une importante aide financière de la communauté internationale aujourd’hui estimée à près de 14 milliards de dollars, mais dont la gestion reste encore sujette à polémique.

Amélioré depuis la catastrophe, le système d’alarme mis en place à l’aide de bouées d’alertes réparties sur tous les océans du globe continue également de présenter certaines lacunes, comme lors d’un séisme d’une magnitude de 8,6 qui eut lieu en avril 2012 dans la région et face auquel les dispositifs de détection restèrent inefficaces.