FlashbackEco

25 décembre 2006 : Disparition de James Brown, Godfather of Soul

Né James Joe Brown Jr. le 3 mai 1933 à Barnwell, (Caroline du Sud) James Brown connut très tôt les vicissitudes de la vie. Envoyé à l’âge de quatre ans, après la séparation de ses parents, auprès de sa tante tenancière d’une maison close d’Augusta en Géorgie, il apprend très tôt les codes de la rue et enchaîne des petits boulots comme celui de cireur de chaussures, ou bien danse pour les soldats d’une caserne située à proximité. Incarcéré à 16 ans dans un centre de détention juvénile pour attaque à main armée, James Brown n’en restera pas moins déterminé à devenir quelqu’un et profite de son séjour en prison pour prendre la direction de la chorale de la prison et se lier d’amitié par la même occasion avec le chanteur et pianiste Bobby Byrd, indéfectible ami et partenaire de scène. A leur sortie de prison, les deux compères fondent The Famous Flames en 1956 et enregistre le titre Please,please,please vendu à plus d’un million d’exemplaire.

25 décembre 2006 brown1L’identité vocale de James Brown, inspirée de Gospel, de Blues, de RnB, de cris stridents rappelant les interprétations de Little Richards, seront dès lors à l’origine d’opus légendaires (Night Train, 1961 ; Papa’s got a brand new bag, 1965 ; I Got You / I Feel Good, 1966) et d’albums renouvelant l’approche de la scène live (Live at the Apollo, 1963). Interprète de morceaux se classant régulièrement au haut des charts RnB américains, James Brown fut en effet l’une des plus grandes bêtes de scènes de la Soul Music. Chanteur charismatique, héros de sa propre mise en scène, danseur hors-pair, les prestations scéniques du Godfather of Soul resteront parmi les plus célèbres des grands showmen américains.

25 décembre 2006 brown3

Doté d’une aura particulièrement importante au sein de la communauté noire américaine, James Brown prendra également ses responsabilités au lendemain de la mort de Martin Luther King le 5 avril 1968 en donnant un concert à Boston afin d’empêcher qu’une émeute populaire n’éclate, ou encore en insistant à de nombreuses reprises sur l’importance de l’éducation donnée aux jeunes générations.

Arrivé au sommet, prodige du RnB, Parrain de la Soul, Père du Funk, James Brown connut également de nouveaux succès au début des années 1970 avec les titres Sex Machine (1975) et Get Up of that thing (1976), mais également une traversée du désert qui commença à la fin de la décennie avec l’arrivée de la vague Disco.

Amené devant les tribunaux pour excès de vitesse, consommation de drogue et détention d’armes en 1988, James Brown sortira finalement de prison en 1991, sans pour autant en finir avec ses démêlés judiciaires et des phases de dépressions chroniques.

Décédé le 25 décembre 2006 d’une crise cardiaque et des suites d’une pneumonie détectée quelques mois plutôt, James Brown reste aujourd’hui comme l’une des icônes de la musique populaire américaine et l’inspirateur d’artistes majeurs qui n’hésitent pas à se réclamer ouvertement de son œuvre, à l’instar d’un Mick Jagger, d’un Michaël Jackson ou d’un Prince.

25 décembre 2006 brown2