FlashbackEco

23 septembre 1889 : Nintendo, de la carte à jouer au jeu vidéo

23 septembre 1889 nintendo kazeco 1Qui aurait cru que la société japonaise de jeux vidéo éditrice de la série des Mario ou des Zelda en était à son cinquième quart de siècle? La multinationale de Kyoto a cependant toujours eu ses racines dans le jeu[1]. Editrice d’hanafuda – cartes à jouer traditionnelles – la petite société fondée par Fusajiro Yamauchi s’impose tout d’abord en l’espace de deux générations comme le leader incontesté du secteur, puis exporte à l’étranger dès les années 1950 sous l’impulsion de Sekiryo Yamauchi[2].

 

23 septembre 1889 nintendo kazeco 2
Hanafudas
 

 

L’affaire Nintendo est définitivement une affaire de famille lorsque le petit-fils de Sekiryo, Hiroshi Yamauchi en reprend les rênes. Après quelques tentatives de diversification qui resteront mineures et qui iront de la gestion de Love Hotels, à celle d’une compagnie de taxis, en passant par l’acquisition d’un studio télé, Hiroshi Yamauchi recentre l’activité de la société sur le jeu, en obtenant en 1959 à la suite d’un voyage décisif aux Etats-Unis, le droit d’imprimer des personnages Disney sur ses cartes plastifiées. L’évènement apporte à la Nintendo Co. Ltd la dimension internationale qu’elle attendait et la possibilité d’entrer en bourse en 1962.

Au fil des innovations technologiques, Nintendo évolue et sa stratégie avec. La création du département Games par Gunpei Yokoï permet au groupe d’évoluer à un autre niveau en devenant fabricant de jouets et bientôt de jeux vidéo. Dès le début des années 1970, Nintendo développe des jeux d’arcades, collabore avec Magnavox à la création de l’Odyssey[3] (1972), puis développe sa propre console en 1977 avec la Game Color TV 6. Un prélude à l’activité maîtresse de la société, en fait. La console de jeu sera l’avenir de Nintendo et à ce jeu-là, la firme sera imbattable… pendant longtemps.

 

23 septembre 1889 nintendo kazeco 3

 

 

L'Ultra hand, main mécanique permettant de saisr ddes objets à distance. Le jouet développé par l'ingénieur Gunpeï Yokoï a été l'un des grands succès de la firme. Plus d'un million d'unités ont été vendus à sa sortie en 1966. 

 

23 septembre 1889 nintendo kazeco 4Si les jeux électroniques développés par Gunpeï Yokoï autour du format Game & Watch vont connaître un véritable succès, c’est avec la console de salon que Nintendo entamera l’essor le plus marquant de son évolution. La stratégie de la firme se résume alors à quelques idées maîtresses : des consoles de jeux vidéo à la pointe du progrès (Famicom ou Nes à partir de 1983, Super Famicom ou Super Nintendo à partir de 1990), des héros charismatiques développés par des designers et des développeurs de talents à l’instar d’un Shigeru Miyamoto à qui l’on doit notamment la série des Donkey Kong, des Super Mario ou des légendes of Zelda, sans oublier l’envie de faire évoluer l’expérience vidéo ludique en retravaillant inlassablement le gameplay, ou en étant à l’origine de la fameuse croix directionnelle, élément « crucial » de toute bonne manette qui se respecte... De la production à l’ergonomie, Nintendo réalise un sans-faute de plus d’une décennie. A la fin des années 1980, la société impose son hégémonie sur le marché des consoles (elle détient alors 90% du marché mondial) et devient même l’entreprise la plus rentable du Japon devant Toyota !

Ce n’est qu’avec le début des années 1990, que les choses commenceront à se compliquer. L’arrivée de nouveaux concurrents - de la PlayStation de Sony, puis plus progressivement de la Xbox de Microsoft - impliquera une nouvelle manière d’aborder le jeu vidéo. Les nouveaux entrants sur le marché s’intéressent à une clientèle « plus adulte », forcent sur une communication plus punchy et imposent peu à peu leurs propres créations. Dans le même temps, les producteurs tiers[4] profitent de l’apparition de la concurrence pour vendre leurs créations à d’autres sociétés que Nintendo. Ce fut notamment le cas pour Square qui mit fin à sa collaboration avec Nintendo en raison d’un différend technique, avant de développer ses jeux sur Playstation. Les joueurs suivirent les jeux, sans être forcément loyaux à leur ancienne console. La perte fut bien réelle pour Nintendo.

23 septembre 1889 nintendo kazeco 5Une stratégie de développement en interne accentuée, un développement de jeux ciblés en fonction des pays de diffusion, des sorties de jeux à gros renforts de franchises Mario ou Zelda… mais surtout le développement de consoles portables et de salons innovantes, à l’instar de la Nintendo DS et de la Wii, ont permis à Nintendo de revenir au premier plan au début des années 2000. Encore confrontée à une forte concurrence, la firme de Kyoto devrait encore pouvoir sortir du lot en comptant une fois de plus sur ses forces que sont la créativité, la simplicité du gameplay et l’esprit de convivialité de ses jeux multi-joueurs.

23 septembre 1889 nintendo kazeco 6


23 septembre 1889 nintendo kazeco 7Sur son exercice comptable 2013-2014, le chiffre d’affaires de Nintendo est de 635,42 milliards de yens, environ 4 milliards d’euros
, en baisse d’environ 10% par rapport à l’année précédente, principalement en raison des ventes mitigées de la Wii U. La direction de la société mise cependant sur sa dernière console portable la Nintendo 3DS pour relancer ses ventes et sur une nouvelle organisation du travail de développement autour de jeunes créateurs (Projet Garage)[5] pour recréer l’avenir d’une société qui fête aujourd’hui ses 125 ans !

 

A lire aussi: 

30 novembre 1990 : La Megadrive débarque en Europe !

24 août 1963 : Hideo Kojima, maître de l’expérience vidéo ludique

20 août 1970 : John Carmack ou le monde en trois dimensions

23 juin 1991 : Sega passe à la vitesse supersonique

 

 

[1] Le premier nom officiel de la firme, à savoir, Nintendo Koppaï, fait d’ailleurs explicitement référence au jeu et au hasard et signifie littéralement « laissons la chance au Ciel ».
[2] Sekiryo Kaneda de son vrai nom et gendre de M. Fusajiro Yamauchi. Il accepta cependant de prendre le nom de son beau-père à la demande expresse de celui-ci. 
[3]Première console multi-jeux de l’histoire.
[4] Studios de développement affiliés à aucun fabricant de console en particulier.
[5] Le projet est dirigé par Shigeru Miyamoto en personne. Rien de mieux qu’un grand mentor pour une bande de jeunes loups.