FlashbackEco

22 janvier 1892 : Naissance de Marcel Dassault

Né le 22 janvier 1892 à Paris, Marcel Dassault, né Marcel Ferdinand Bloch, fut à l’origine de l’empire industriel Dassault, leader aéronautique français et fer de lance de l’industrie de défense française.

 

22 janvier 1892 marcel dassault 1Diplômé de l’Ecole Supérieure d’Aéronautique et de Construction Mécanique (Supaéro) en 1913, c’est à la faveur du premier conflit mondial que le jeune Marcel Bloch participera pour la première fois au développement aéronautique français. Affecté au laboratoire de recherches aéronautiques de Chalais-Meudon dès le début de la guerre, il crée avec Henry Potez, l’hélice Eclair en 1915, puis fonde la Société d’Etudes Aéronautiques en 1917 afin d’augmenter significativement la production d’avions de combat. Une perspective qui s’arrêtera avec la fin des hostilités.

Passé à d’autres affaires, Marcel Bloch s’investit finalement de nouveau dans l’aviation après la création d’un ministère de l’Air en 1928, attestant de la volonté du gouvernement d’encourager définitivement l’essor du secteur. La Société des Avions Marcel Bloch achoppe alors sur la construction d’avions civils (MB 220), comme militaires (bombardier MB 210) et rachète d’autres sociétés aéronautiques françaises pour parfaire une stratégie industrielle complexe, proche de celle que l’empire Dassault connaîtra plus tard.

 

22 janvier 1892 marcel dassault 2
MB 220 à l'aéroport du Bourget
 
 
Mais une fois de plus, la guerre amène son lot d’imprévus. Arrêté en 1940 par le régime de Vichy, déporté comme prisonnier politique, affichant son refus inconditionnel de collaborer avec l’Allemagne nazie, Marcel Bloch est interné au camp de Buchenwald. Une épreuve dont il sortira finalement vivant le 11 avril 1945 à la libération du camp.
 

22 janvier 1892 marcel dassault 3Après-guerre, dans un pays amputé de sa capacité industrielle et sous le nom de Marcel Dassault[1], l’industriel revient une fois de plus aux affaires pour créer un groupe industriel sans pareil en Europe continentale. Restructurées, appuyées sur un réseau élargi de sous-traitants, les sociétés Marcel Bloch devenues Marcel Dassault développent, élaborent et produisent en série les premiers avions à réactions français à vocation militaire (Ouragan, 1949 ; Mystère II, 1952 ; Mystère IV, 1954 ; Mirage III, 1956 ; Mirage IV, 1959 ; Mirage F-1, 1963 ; Alpha Jet, 1973 ; Mirage 2000, 1978), ou civile (Mystère-Falcon, 1963 ; Mercure 100, 1973).

 

22 janvier 1892 marcel dassault 5
Mirage III
 
22 janvier 1892 marcel dassault 4
Mirage F-1
 
Amélioration des équipements, élaboration de servocommandes hydrauliques, de nouveaux modèles de réacteurs, accent mis sur l’électronique, mise au point de systèmes de radars… Dassault accompagne l’essor de l’industrie aéronautique civil et militaire, en collaboration étroite avec les pouvoirs publics français, qui voient, au travers de la réussite du géant industriel, un atout stratégique de premier ordre. En pleine guerre froide, Dassault représente alors pour de nombreux pays une alternative aux fabricants militaires américains et soviétiques et remporte de nombreux marchés à l’international[2].
 

Nom incontournable du secteur industriel français, en dépit de la fusion-absorption de la Société Avions Marcel Dassault avec Breguet Aviation (AMD-BA) en 1971 et du mouvement de nationalisations de 1981, auquel la nouvelle société échappera partiellement[3], Dassault restera finalement la marque de fabrique du génie aéronautique et militaire français.

22 janvier 1892 marcel dassault titreDisparu le 17 avril 1986 à l’âge de 94 ans, Marcel Dassault aura accompagné l’essor de sociétés motrices pour les secteurs de l’industrie aéronautique et de l’armement. Une mission industrielle empreinte de passion pour l’aviation, mais aussi de relations étroites avec le pouvoir[4], souvent indissociables des intérêts stratégiques en cause.

Nommé PDG à la suite de son père en 1987, Serge Dassault est aujourd’hui à la tête du Groupe Dassault, holding réunissant des filiales dans le secteur de l’aéronautique (Dassault Aviation), de l’informatique et de la modélisation 3D (Dassault Systèmes), de l’immobilier (Dassault Immobilier), de la presse (Groupe Figaro) ou encore des ventes aux enchères (Artcurial).

En 2013, le Groupe Dassault totalisait un chiffre d’affaires global de 9,5 Milliards d’euros.

 A lire aussi : 

[1] Dont le patronyme fera désormais référence au nom de code « Char d’assaut » ou « Chardasso », utilisé pendant la guerre par son frère aîné le Général Darius Paul Bloch.
[2] De 1952 à 1977, l’expansion de la société repose même à 58% sur des exportations.
[3] Marcel Dassault cèdera alors 26% des parts de la société à l’Etat.
[4] Gaulliste invétéré, Marcel Dassault sera député de l’Assemblée Nationale de 1951 à 1955, puis de 1958 à 1986, mais également Sénateur entre 1957 et 1958.